Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Des gendarmes en Corée (1950-1953)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE BATAILLON FRANCAIS DE L'ONU EN COREE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
stan_hudson
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct - 23:27 (2007)    Sujet du message: Des gendarmes en Corée (1950-1953) Répondre en citant

Des gendarmes en Corée (1950-1953)

Vu sur le site suivant :
 
http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/04histoire/articles/gendarmerie/histoire/ebel2/page1.htm
 
Des gendarmes volontaires pour la Corée, provenant des différentes légions, avaient rejoint, dès le l'octobre 1950, les soldats du bataillon de Corée pour assurer une mission de prévôté. Affectés à l'état-major, la prévôté était composée d'un chef de détachement et de trois prévôts ; leur séjour étant fixé à un an, ce sont ainsi douze gendarmes qui se succédèrent en Corée entre 1950 et 1953.
 
Les gendarmes évoluaient en tenue de combat identique à celle du personnel du bataillon, ils portaient néanmoins un brassard distinctif qui indiquait leur qualité de prévôts. Lorsqu'ils effectuaient une mission judiciaire, ils portaient le képi. La mission de prévôté du détachement des gendarmes français affectés au bataillon de Corée était classique et consistait à exercer la police judiciaire mais aussi à assurer la sécurité des armées en campagne. Au contact de la ligne de front et lors des combats, ils exposaient encore leur vie pour effectuer des missions particulières. Toutefois, cette simple énumération ne rend qu'imparfaitement compte du travail quotidien des gendarmes. Les carnets de déclaration - destinés à recueillir les allégations de témoins ou de prévenus ainsi que les constatations des enquêteurs - sont significatifs de l'activité multiforme des prévôts. Ces derniers effectuaient des patrouilles à l'arrière de la ligne de front, ils appréhendaient ainsi des militaires qui avaient quitté leur unité sans autorisation, des déserteurs, des individus suspects.
 
Les gendarmes se rendaient sur les lieux des accidents de la route dont les militaires étaient victimes et pratiquaient l'audition des témoins. Une autre mission, traditionnelle, consistait à transférer les prisonniers. Les prévôts menaient encore des investigations concernant des combattants qui avaient un passif judiciaire en France, ils recueillaient ainsi les déclarations des militaires qui étaient par la suite transmises aux juges de la métropole.
 
Plus généralement, les gendarmes intervenaient lorsqu'un problème particulier se présentait ; ils effectuaient par exemple des enquêtes lorsqu'un soldat s'était blessé ou blessait une autre personne, de manière à établir l'innocence ou la part de responsabilité des personnes concernées. Ils tentaient encore de dissocier, chez les militaires, les mutilations volontaires des blessures accidentelles.
Une part importante de leur temps était consacrée aux enquêtes qu'ils diligentaient. Ils arrivaient ainsi à éclaircir les circonstances du vol d'une carabine à un volontaire. Ils parvenaient encore à arrêter des domestiques coréens qui avaient détourné des sommes importantes appartenant à des militaires français. Une enquête minutieuse et longue permettait aux gendarmes de démanteler un important trafic de devises, d'alcool et de cigarettes qui avait des ramifications jusqu'à Séoul, les prévôts dénonçaient d'ailleurs la corruption de la police de cette capitale qui avait favorisé ce commerce illégal.
 
Les gendarmes participèrent également aux combats et se portèrent volontaires pour accomplir des missions périlleuses : les citations obtenues par les prévôts prouvent qu'ils étaient également des combattants. Le gendarme Maintenay s'était porté sur les premières lignes lors de la bataille de « Twin Tunnels » en février 1951, malgré le feu nourri, il avait assuré le déplacement des blessés. Quelque temps plus tard, en mars 1951, il assurait le ravitaillement en arme des militaires, transportait à nouveau des blessés, ce qui demandait des efforts extraordinaires au vu de la situation extrêmement accidentée du terrain. Le gendarme Moreau s'était lui aussi distingué en participant aux opérations du bataillon français dans la région de Chorwon en octobre et novembre 1952. Malgré les tirs constants de l'artillerie ennemie, il assurait les liaisons compromises par la destruction des postes radios. Il participait lui-même aux combats pour refouler les assaillants. Le 8 octobre 1952, il arrêtait un officier nord-coréen, récupérait plusieurs armes automatiques et contribuait à la destruction d'un foyer de résistance. Le 9, il s'avançait au-delà des lignes ennemies, ramenait les corps de plusieurs militaires et participait à l'évacuation des blessés.
 
La mission des gendarmes prévôtaux au sein du bataillon français de L'O.N.U. s'est déroulée dans le contexte d'une guerre particulièrement meurtrière ; ces douze gendarmes ont non seulement assuré leur responsabilité de prévôts mais ont également participé aux combats, attestant ainsi cette dualité si spécifique d'hommes de lois et d'hommes de guerres.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Oct - 23:27 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
COLLEMANT Dominique
Membre d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 1 712
Localisation: Seine-Maritime

MessagePosté le: Sam 12 Jan - 10:17 (2013)    Sujet du message: Des gendarmes en Corée (1950-1953) Répondre en citant

Je fait remonter ce post qui explique bien les missions des gendarmes au sein du Bataillon.
_________________
Frère de Philippe Collemant pionnier d'assaut au BF/ONU mort au champ d'honneur à ARROW-HEAD (Corée) le 06.10.1952
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:06 (2016)    Sujet du message: Des gendarmes en Corée (1950-1953)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE BATAILLON FRANCAIS DE L'ONU EN COREE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com