Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
La guerre de Corée(3):Le périmètre de Pusan(3e Partie-2) La défense de la PLR

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ltc Taplett
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 18:09 (2007)    Sujet du message: La guerre de Corée(3):Le périmètre de Pusan(3e Partie-2) La défense de la PLR Répondre en citant

LA GUERRE DE COREE
III- Le périmètre de Pusan (3e partie) : La 1ère BATAILLE DU SAILLANT DU NAKTONG
2ème Partie : La défense de la PLR (11-13 août 1950)
1- Yongsan est attaqué
Le 11 août
L’aube du 11 août marqua le début d’une nouvelle phase dans les combats de la 24e DI pour maintenir ses positions le long du Naktong. L’incapacité des régiments à individuellement chasser la 4e DI du saillant poussa le général Church à nommer le col. Hill à la tête de la Task Force (TF) du même nom le 10 août dans le but de coordonner les efforts de tous. Le plan de Hill à cet égard supposait une forte poussée du 1/21 vers le N-O, au delà de la crête d’Obong-Ni pour envelopper le flanc droit ennemi. Malheureusement, avant la fin de la journée ce plan, qui eût été une très bonne proposition de contre-attaque s’il avait été présenté quelques jours plus tôt, serait mis de côté du fait des événements qui se produisirent au sud de Yongsan. Là, la 4e DI était en passe de couper la Principale Ligne de Ravitaillement (PLR) de la 24e DI. Cette menace croissante allait désormais occuper la division et ce pour plusieurs jours.
L’attaque de la TF Hill était prévue pour midi mais l’activité sur le front Sud reprit dès l’aube. A Namji-Ri le ltc Gordon Murch poussa ses Cies E et G du 2/27 au delà du fleuve où elles rejoignirent la tête de pont de la Cie F. De là le bataillon se mit en route vers Yongsan, F sur la route, G sur sa gauche et E en arrière. A 1,6km de Namji-Ri, à l’endroit où une rivière rejoignait le Naktong derrière une forte digue, le bataillon fut pris sous le feu des mitrailleuses ennemies. Les sections de pointe de la Cie F se jetèrent dans les fossés de chaque côté de la route. Murch appela le 8e d’Adc et une intervention aérienne en renfort. Sous le couvert de ces diversion, la Cie G prit pied sur la digue à l’ouest des Nord-Coréens et les prirent de flanc. A midi la digue était sous contrôle américain et Murch envoya prudemment des patrouilles au-delà.
A plusieurs km au Nord, la 24e Recon et sa poignée de M-24’s devait défendre les 2 routes qui partaient de Yongsan vers le Sud. Le cpt John A. Kearns envoya sa 2e section dans cette direction sur la route la plus à l’Est tandis que les 2 autres devaient couvrir la route qui menait à Namji-Ri. Tous quittèrent leurs positions à l’aube. A l’Est la 2e section chassa l’ennemi du village de Non-Ni pour le retrouver un peu plus loin sur les hauteurs de chaque côté de la route, empêchant toute nouvelle progression. A 1,6km plus au S-O les 2 autres sections se trouvaient dans la même situation au Sud de Tochon-Ni. Pris sous le feu d’armes automatiques et de fusils anti-chars les hommes de Kearns ne pouvaient aller plus loin sans renforts.

Un M-24
A 9h00 le 1/21 du ltc Smith fut violemment attaqué par l’APC, subit au moins 8 pertes et perdit plusieurs camions avant que l’ennemi ne disparaisse dans les collines. A peu près à la même heure un barrage d’artillerie particulièrement bien ciblé atteignait Yongsan, dans les zones des différents postes de commandement et de ravitaillement. Le PC de la 24e Recon perdit 2 tués et 5 blessés. Les hommes qui avaient accès à des véhicules se mirent à évacuer la ville.
A 10h30 les hommes de Kearns furent eux aussi pris sous un violent barrage d’artillerie, probablement américain. Paniqués, les hommes se retirèrent jusqu’à 1,5km de Yongsan où le bombardement s’intensifiait et chassait de plus en plus l’échelon arrière de la division vers le Nord. La batterie B du 11e d’AdC et le PC du 13e furent aussi pris sous le feu ennemi mais restèrent en place. La batterie B du 13e, plus proche du front, dut par contre se retirer et se rapprocher de la ville. A midi, toute la zone jusque-là sûre était prise sous le feu de la 4e DI.
De son côté la TF Hill démarra son assaut à l’heure prévue. Le 1/21 encore secoué de l’attaque surprise du matin, l’effort principal se déplaça sur le 9e RI, au centre. Pendat que le 1er bataillon se posait en appui-feu aux alentours de la côte 165, le 2e bataillon avança d’environ 1500m à travers une vallée jusqu’aux premiers contreforts des collines situées sur la droite de la route Yongsan-Naktong. Cette avance, effectuée devant une résistance relativement légère, permit de récupérer la plupart du terrain perdu la veille. Sur la gauche du 9e RI les Cies A et B du 34e RI purent elles aussi avancer quelque peu, ce qui ne fut pas le cas du 19e RI. Exsangue après les pertes dûes à l’ennemi, à la chaleur et aux traînards il ne put que tenir ses positions malgré les demandes de soutien du 9e RI.
Pendant que la TF Hill se battait pour gagner quelques mètres, la situation continuait de se détériorer à Yongsan. Seule la 2e section de la 24e Recon continuait de garder l’accès Sud de la ville près de Non-Ni. A 14h30 des tirs anti-chars incendièrent un des blindés . Pris de flanc, le 2nd lt Bragg ordonna le repli vers la pointe Sud de la ville où elle se reforma en tant que barrage.
Aux environs de 18h00, Beauchamp semblait considérer la ville comme perdue. Vers 19h00, la batterie B du 13e d’AdC se trouva prise sous le feu d’armes légères. Elle se mit à tirer sur les positions suspectées de receler l’ennemi à coup d’obusiers et de mitrailleuses de 40mm, dispersant provisoirement les assaillants. Tout autour de Yongsan les soldats Américains se trouvaient pris par surprise par des Nord-Coréens infiltrés.
A 19h05 Church appela le col. Stephens à la rescousse. Ce dernier dépêcha en urgence tous le personnel encore disponible du 14e Génie à Yongsan, cuisiniers et secrétaires compris. Comprenant moins d’une centaine d’hommes, cet assemblage hétéroclite atteignit le PC de Beauchamp à 21h15.
La journée se termina avec Yongsan toujours aux mains des troupes américaines mais seulement défendue par une faible ligne au Sud et à l’Est. Kearns (24e Recon) avait réunit ses sections à l’endoit où s’était regroupée celle du 2nd lt. Bragg. Le détachement du 14e Génie s’était engagé sur plusieurs km à l’est de la ville et établit une série de barrages reliés par une patrouille en jeep. Un peu plus loin une autre formation faite de bric et de broc, la TF Hafeman, composée de 135 hommes d’au moins 8 unités différentes (incluant du personnel administratif, des Transmissions, de la Musique, de la Police Militaire, des boulangers et des éléments de la police sud-coréenne) patrouillait la PLR en direction de Kyun’gyo.
 
 L’accentuation de la pression autour de Yongsan était en fait dûe à l’avance du 2/27. Après avoir repoussé l’ennemi au-delà de la digue au nord de Namji-Ri, Murch passa plusieurs heures à consolider ses positions. A 15h30 il se remit en route vers Yongsan, compressant ainsi le couloir d’accès de l’APC dans le dos de la 24e DI et l’obligeant à se diriger vers Yongsan ou à se disperser sur les flancs de l’axe d’avance du 2/27. A la nuit tombée ce dernier se trouvait à l’Ouest, sur les hauteurs dominant la route Namji-Ri / Yongsan. Cette position très vulnérable facilitait l’infiltration et le 2/27 recula jusqu’aux environs de la digue vers 23h00. Bien que prudente cette décision élargissait les possibilités d’infiltration nord-coréennes.
Le développement indéniable de la menace sur les arrières de la division obligea Church à modifier ses plans. Quoique toujours déterminer à réduire la tête de pont adverse, la défense de la PLR était devenue sa première priorité. Ainsi la TF Hill reçut l’ordre de demeurer sur la défensive. Pour parer à la menace au sud de Yongsan le restant du 27e RI se vit ordonner de se joindre au 2/27 pour isoler les éléments infiltrés. D’ici à ce que la jonction entre les 2 unités soit faite la sécurité de la PLR reposait sur les épaules de 3 petits groupes de défenseurs : La 24e Recon, la Cie A du 14e Génie et la TF Hafeman. L’échelon arrière, bien que ne montrant pas encore de véritable signes de panique, commençait à se préparer pour une éventuelle retraite.

Situation au 11 août
Pour arranger les choses la 8e Armée prévint Chuch à 21h50 que la 4e DI avait de nouveau traverser le fleuve, sur le flanc Nord. Les secteurs du 21e RI et de la TF Hyzer avaient été relativement tranquilles pendant plusieurs jours et Church en avait détaché un bataillon d’infanterie, une compagnie du Génie et une batterie de 155mm pour renforcer des zones plus menacées au Sud. Du coup aucune unité n’était immédiatement disponible pour répondre à cette nouvelle menace.


2- La PLR est coupée
Yongsan et ses environs, le 12 août
A minuit les maigres forces destinées à protéger la PLR étaient déployées. Bien que très mal adaptée aux impératif du Train, la tortueuse route qui reliait Kyungyo à Yongsan était le seul axe de transport utilisable pour répondre aux impératifs logistiques de la 24e DI. De plus elle était longée par les lignes téléphoniques reliant le QG aux unités en ligne. Toute coupure un peu prolongée le long de cette ligne pouvait rapidement se révéler catastrophique pour la division. C’est pourquoi elle devait être protégée à tout prix.
Du fait des maigres ressources à disposition seuls les 6km les plus proches de Yongsan étaient gardés. Le long de ces 6km s’étalaient une série de petits postes. Aux abords de Yongsan se trouvait la 24e Recon du cpt Kearns. Les 2km suivants étaient sous la protection par un détachement du 14e Génie. Composé d’une centaine d’hommes de la Cie A et de divers services non combattants, ce détachement ne pouvait en aucune manière représenter une compagnie de combat efficace. La disposition même des hommes en dilua d’avantage l’intégrité. Quatre positions différentes furent établies à environ 750m d’intervalle. D’Ouest en Est : Le (P)oste 1 du lt Henderson ( + 17 hommes), le P2 du lt Moore ( + 15 hommes), le P3 du lt McMillan ( + 24 hommes), le P4 du lt Martin ( + 25 hommes). Cinq hommes en jeep menés par le cpl Hurst reliaient les postes entre eux. Le PC du cpt Gass était à Yongsan. A cinq cent mètres du P4 la PLR était gardée par la TF Hafeman dont a déjà vu le côté hétéroclite. Hafeman déploya ses hommes en 2 postes : Le P1 dans le hameau de Simgong-Ni , le P2 à la passe de Wonjon. Les hommes étaient bien équipés en jeeps et en mitrailleuses mais manquaient de munitions., de grenades et de mortiers. Au-delà du P2 la PLR n’était plus défendue que par un détachement du PC de la batterie A du 26e Anti-Aérien, à 5km de là.
La première partie de la nuit se passa plutôt calmement, bien qu’un homme du P2 d’Hafeman ait été tué par un sniper. A 2h20 2 ambulances circulant entre les P2 et P3 du 14e Génie furent prises sous le feu d’armes automatiques. Le chauffeur de la 2e ambulance fut touché et le véhicule finit dans le fossé. La 1ère ambulance fit demi-tour, chargea les occupants de l’autre véhicule et repartit en direction de Yongsan, prévenant au passage les P2 et P1. Ignorants ce qui venait de se passer le cpl Hurst et ses hommes revenaient de patrouille depuis le P3 et tombèrent dans l’embuscade qui leur était tendue. Le chauffeur fut touché et la jeep s’arrêta au milieu de la route. Hurst et 2 hommes tirèrent le blessé sous la jeep pendant qu’un autre courait prévenir le P2. Quand il y parvint à 3h30 l’alerte était déjà donnée du fait du non retour de Hurst à l’heure prévue. Yongsan savait désormais que la PLR était coupée à environ 2.5km.
A 5h20, environ une heure avant le lever du soleil, le P4 du lt Martin fut pris sous les feux d’armes automatiques lourdes et légères. Plusieurs heures plus tard, alors que les tirs ennemis n’avaient toujours pas faibli, Martin conclut que lui et ses 25 hommes risquaient d’être encerclés. Il sépara ses forces en 2 groupes pour tenter une percée. Le sgt Churchill et le gros de la troupe devaient tenter de rejoindre le P1 de la TF Hafeman tandis que Martin et 2 sous-officiers tenteraient de rejoindre le P3 de McMillan. Ce dernier était était attaqué depuis 6 heures par des Nord-Coréens qui avaient pu s’approcher à portée de grenade sous couvert de l’obscurité. Après que McMillan et plusieurs aient été blessés, le sergent Kavetsky, le plus ancien en grade, décida de tenter de rejoindre le P2 de Moore. Les tirs étaient tellement intenses que tous furent abattus sauf Kavetsky qui se plongea dans la rizière proche de la route. D’où il était il put voir le lt Martin et ses 2 sous-oficers être capturés. Les Postes 3 et 4 étaient désormais aux mains de l’ennemi.
Plus à l’Est la TF Hafeman fut elle aussi attaquée par une force estimée à une compagnie. L’attaque contre le P1 débuta à 6h30, le coupant du P2. Le contact radio entre les 2 postes fut maintenu jusqu’à 7h00 avant d’être coupé. En attendant qu’il soit rétabli, Hafeman envoya une équipe à l’arrière chercher des munitions, des grenades et un mortier de 81mm. A 7h30 les communications reprirent ; le P1 recensait 3 victimes. Plutôt que d’attendre passivement la suite des évènements Hafeman décida à 8h30 de briser l’encerclement du P1. Il ordonna à 3 jeeps armées de mitrailleuses de .50 et de BARs (Browning Automatic Rifle) de se porter à l’assaut des Nord-Coréens. Il était 9h00. Bravant le tir des armes automatiques le petit convoi arriva à la passe de Wonjon à 9h35 en ayant subi 3 pertes. Une des mitrailleuses était endommagée, une des jeeps détruite et une autre avait crevé. Néanmoins le convoi était arrivé et pensait même avoir infligé certains dommages à l’adversaire. A 10h00 les munitions réclamées par Hafeman arrivèrent au P2. Il les fit charger dans d’autres jeeps et les envoya au P1. Bravant les tirs ennemis ce nouveau convoi parvint à bon port. Renforcé par les hommes du sergent Churchill en provenance du P4 du 14e Génie, le P1 était momentanément sécurisé.

Un M-39
A Yongsan, lesvéhicules de transport et les ambulances commençaient à se rassembler en attendant que la PLR soit dégagée. Mais tous se trouvaient menacés par des soldats infiltrés qui avaient traversé la route dans le secteur du 14e Génie et s’étaient positionnés dans les collines qui surplombaient la ville au S-E. Certains d’entre eux furent repérés par la 24e Recon qui les dispersa à coup de mortiers. Vers 8h00 41 hommes de B/21 retraitèrent dans les postions du 24e Recon. Peu mécontent d’avoir un peu de renfort, Kearns les envoya occuper les collines où avaient été repérés les Nord-Coréens.
Représentatif du mélange des différentes unités, cet épisode marque bien le manque de cohésion d’alors, quand l’unité de la chaîne de commandement était impérative. Conscient de cette situation, Church appointa Hill commandant de toutes les unités autours de Yongsan. Il l’autorisa aussi à prélever une compagnie d’infanterie du front du Naktong afin de permettre la réouverture de la PLR. Centré sur le front du fleuve, Hill déléga la défense de la PLR au ltc Smith (1/21). Il cré la TF Smith et lui adjoint la Cie F du 9e RI. Les hommes de Smith étaient déjà engagés avec l’ennemi au S-O de la ville. Ce dernier ne pouvait donc espérer défendre le secteur S-E qu’avec la 24e Recon et le restant de A/14e Génie en attendant les renforts. Sa position la plus avancée en liaison avec l’arrière était le P2 du 14e Génie, alors quasiment encerclé.
A l’est du barrage nord-coréen Hafeman reçut l’autorisation d’abandonner le P1 à 13h30 mais celui-ci retarda son départ jusqu’à l’arrivée du mortier qu’il avait demandé. Il finit par le recevoir à 15h00 et l’utilisa pour couvrir le décrochage du P1. Hafeman ordonna de monter toutes les mitrailleuses disponibles sur les véhicules restants afin de couvrir les fantassins à pied. Entretemps la TF Cody quittait Yongsan.
Le cpt Cody, Cie F, 9e RI, avait atteint Yongsan à 16h00 avec une de ses sections. Deux pelotons montèrent sur 3 blindés légers M-24s et dans 2 transports de personnel M-39s du 24e Recon et furent envoyés réduire le barrage. Au moment où le convoi passait à proximité du P2 du 14e Génie le sergent Kavetsky sortit de la rizière où il était toujours caché et monta à bord d’un des M-39s. Un autre soldat qui tenta la même manœuvre quelques mètres plus loin fut tué. Finalement la TF Cody rejoignit les hommes du P1 d’Hafeman et les survivants du peloton de Churchill. Sous une grêle de balles tous sauf un finirent par rejoindre la sécurité relative du P2 à la passe de Wonjon vers 17h05. Bien que la TF Cody ait reçut l’ordre de revenir à Yongsan, le brigadier-général Menoher, représentant Church sur les lieux, lui ordonna de rester avec Hafeman.


Actions sur la PLR le 12 août
A 18h00 Hafeman réorganisa ses troupes. Il renvoya les MPs à leur unité d’origine et décida de se retirer vers Kyun’gyo. Laissant 5 avant-postes sur les collines surplombant la passe de Wonjon il se s’implanta avec le restant de ses forces autour d’une autre passe, juste à l’ouest de la ville. Il lui fut alors ordonné de briefer les hommes du 1/23 qui allaient tenter de rouvrir la PLR le lendemain. A mesure que la nuit tombait, les 2 extrêmités de la PLR étaient consolidées. Les P1 et P2 du 14e Génie reçurent l’autorisation d’évacuer les lieux pour être redirigés vers une colline au nord-est de yongsan où ils s’enterrèrent pour la nuit. Cette journée leur avait coûté 23 tués, 4 blessés et 3 disparus. A 21h00 le ctp Cody combla les trous dans la ligne de la 24e Recon avec le restant de F/9. Au moins six km de route étaient aux mains de l’APC.
La rupture des lignes de communications gênait particulièrement les Américains qui devaient désormais s’en remettre à des radios mal disposées en termes de couverture et à l’envoi de messages lestés par avion. Les communications radios devaient subir une procédure d’encodage-décodage qui prenait en moyenne 3h30. Il était donc difficile pour Church d’obtenir une information claire en temps réel.
Ce jour Walker attribua à Church le 1/23 du ltc Clair Hutchin (2e DI). Cette unité, couplée au 27e RI (col. Michaelis) en provenance du Sud devait sécuriser la route menant de Kyun’gyo à Yongsan. A 11h00 le 27e RI était réuni. A 19h30 le 2e bataillon réoccupait les hauteurs prises puis abandonnées la veille afin de sécuriser la future ligne de départ du régimnt. Durant la nuit les hommes d’Hutchin relevèrent la TF Hafeman dans les collines situées à l’ouest de Kyungyo.
Ailleurs sur le front, le 12 août
Bien que la défense de la PLR ait occupé l’attention de l’Etat-Major de la 24e DI pour la plus grande partie de la journée, il y eut de l’activité sur d’autres parties du front.
Les différents régiments de la TF Hill, en position défensive, subirent de nombreuses petites attaques destinées à mesurer la résistance des lignes américaines. De nombreuses batteries d’artillerie durent se déplacer plus au Nord du fait de l’approche de l’ennemi aux alentours de Yongsan. La route de Ch’angnyong fut rapidement embouteillée de par la déviation du traffic sur cet axe après la coupure de la PLR. Les services médicaux du 21e RI, ne pouvant évacuer les blessés de amnière adéquate, durent faire face à l’afflux de blessés en provenance des fronts du Naktong et de Yongsan.


Situation au 12 août
Sur le flanc Nord la 8e Armée identifia une nouvelle tête de pont ennemie à l’est du fleuve. Avant l’aube les services de renseignement avaient conclu qu’elle avait été soit repoussée soit inconséquente de par sa faible taille. Church demanda cependant au 21e RI et à la TF Hyzer de rester sur leurs gardes. A 5h00, 5 survivants d’une patrouille de 17 hommes  envoyée la veille de l’autre côté du fleuve reportèrent une grande concentration ennemie devant le secteur d’Hyzer. A 7h35 une patrouille du service de renseignement du 21e RI fut prise en embuscade près de Hyonp’ung. Les différentes estimations des forces ennemies variaient entre 2 compagnies et un régiment. Ne voulant courir aucun risque, le ltc Stephens demanda plsusieurs fois le retour de son dernier bataillon mais Church refusa.
 Stephens et Hyzer durent donc se débrouiller par eux-mêmes. Le flanc droit du bataillon se trouvant être faiblement tenu, une prénétration en force de l’ennemi pouvait rapidement atteindre la route Nord-Sud Hyonpung-Ch’angnyong-Yongsan. Hyzer demanda donc à 2 de ses 4 compagnies de bloquer la route et redéploya son PC dans des positions plus protégées. Stephens retira la Cie C du front et la plaça en réserve régimentaire. La batterie B du 63e d’AdC en cours de reconstitution tourna ses 6 mortiers de 105mm vers le Nord, ainsi qu’un canon de 155mm de A/11 qui fut repositionné pour couvrir Hyonpung. Les 2 commandants établirent plusieurs postes d’observation et, à la nuit tombée, l’artillerie bombarda de tirs indirects la zone de traversée du fleuve.
 Bien que jusque là plutôt élevé, le moral des hommes tendit à baisser.
 
3- Réouverture de la PLR
Yongsan et ses environs, le 13 août
Gardant son 1er bataillon en réserve autour de Namji-Ri, le col. Michaelis envoya son 3e bataillon en avant vers Yongsan à 9h30. A 11h00 les 2e et 3e bataillons étaient côte à côte et tous 2 prirent la route de la ville, soutenues par la batterie B du 8e d’Adc t les tanks de la Cie C du 73e bataillon blindé. La résistance était légère et les quelques groupes ennemis rencontrés furent aisément détruits ou dispersés dans les collines. Les 2 bataillons firent la jonction avec le 1/21 au S-O de Yongsan vers 15h00 avant de repartir vers leur objectif. Les hommes du 3/27 suivaient désormais leurs camarades, nettoyant progressivement les collines des éléments ennemis qui s’y trouvaient encore. A 16h30 la PLR était atteinte et 2 heures plus tard la jonction faite avec le 1/23 à Simgong-Ni.
Du fait de la nature du terrain traversé, l’avance du 1/23 s’était révélée plus ardue que celle du 27e RI. Hutchin avait déployé sa Cie C sur les crêtes au sud de la route, la B sur celles du nord et la A sur la PLR elle-même. Soutenue par une section de chars, la Cie A progressa facilement, au contraire des 2 autres compagnies qui peinèrent terriblement à avancer dans les collines. Non familiers avec le terrain, certains officiers se méprirent sur certains de leurs objectifs et ne surent pas exploiter les chemins les plus courts pour les atteindre. La chaleur et l’humidité de l’été coréen assommèrent les hommes ( 9 cas d’épuisement dû à la chaleur nécessitèrent une évacuatio ). Peu de Nord-Coréens furent croisés, et encore moins engagés au combat. A 13h30 le bataillon déboucha de la passe de Wonjon et s’installa dans le village de Simgong-Ni où ils rencontrèrent une patrouille de reconnaissance du 27e RI. Tandis que le bataillon consolidait ses positions, Hutchin partit avec une patrouille à Yongsan où il conféra avec le col. Hill.


Nettoyage de la PLR le 13 août
Bien que ni Michaelis ni Hutchin n’aient localisés les Nord-Coréens responsables de la coupure de la PLR, Church n’estimait pas avoir le temps de monter un groupement de recherche dans les rudes collines qui s’étendaient parallèles à la route. Il ordonna donc au 27e RI de retourner à Namji-Ri, ce qui fut fait à la fin fin de journée. Le régiment fut alors placé en réserve de la 8e Armée. De la même manière le gros du 1/23 fut rapatrié au PC de la 24e DI à Kyungyo. Seule la Cie A, renforcée de 2 blindés, resta sur place afin de garder la passe de Wonjon et de patrouiller la PLR. Bien que suffisante pour garder la route ouverte cette force n’avait pas les moyens d’empêcher de petits groupes ennemis d’harceler les convois durant la nuit. Quoi qu’il en soit la menace qui pesait sur la PLR avait bien disparu. Sa mission accomplie, la TF Hafeman fut dissoute.
En milieude matinée la TF Cody attaqua une colline au S-E de Yongsan. Elle reçut le soutien de la 24e Recon sur sa gauche et de la Cie A du 14e Génie sur sa droite. La résistance ennemie se révéla légère et les hauteurs étaient sécurisées en fin d’après-midi. L’arrivée du 27e RI et du 1/23 complèta la sécurisation de la zone et plusieurs des unités composites jusqu’alors affectées à la défense de la zone reprirent leur activité normale. La Cie A du 14e Génie put rejoindre son régiment au nord de Changyong. Orpheline au milieu d’une situation confuse elle avait été mal placée et mal supervisée lors de la défense de la PLR. En conséquence, elle avait été décimée.


Ailleurs sur le front, le 13 août
La menace pesant sur la PLR désormais évanouie, le seul obstacle à la reprise des opérations de contre-attaque restait le passage de Nord-Coréens sur le flanc droit de la division à Hyonp’ung. En fin d’après-midi Church apprit que la 8e Armée étendait sa zone de contrôle plus au Nord, de manière à inclure le point de passage de Ryonp’ung. Church passa la mauvaise nouvelle à Stephens vers 20h00, avec effet immédiat. La TF Hyzer lui fut rattachée mais dans la mesure où elle occupait déjà la zone concernée il était difficle d’appeler cela des renforts. Church ordonna aussi à Stephens de monter une reconnaissance des environs d’Hyonp’ung afin de déterminer les forces de l’ennemi et ses intentions. Une patrouille avait déjà de pénétrer le terrain quelques heures plus tôt, pour en être chassée par des tis de l’artillerie américaine. Hyzer prépara donc une autre patrouille pour le lendemain. Etonnament les alentours d’Hyonp’ung dmeuraient tranquilles, seul point positif pour Stephens et Hyzer qui mesuraient bien la précarité de leur situation.
Durant cette journée la TF Hill demeura sur la défensive. Chaque régiment dut affronter de violents assauts ennemis avant le lever du soleil et une nouvelle fois après la tombée de la nuit.
Sur le flanc droit le gros de l’attaque tomba sur le 1/19. La Cie C fut assaillie 2 fois mais parvint à repousser l’adversaire, capturant même des armes et un prisonnier. A sa gauche la Cie B dut affronter 4 assauts différents. Là, une ravine menant à l’arrière gauche des défenseurs permit aux Nord-Coréens de pénétrer ses défenses. Les adversaires n’étaient séparés les uns des autres que par une trentaine de mètres. En un endroit les combats furent même menés au corps-à-corps.  Ce n’est qu’après avoir demandé des tirs de mortiers de 81mm quasiment sur ses propres positions que la Cie B put restaurer son périmètre. Quatre heures après le début de leur assaut les Nord-Coréens se retirèrent sur la crête opposée.
Sur la gauche du 19e RI les 1 et 2/9 parvinrent à repousser les assauts ennemis mais le payèrent au prix de 140 victimes au feu et 59 par épuisement dû à l’intense chaleur. Les pertes en officiers furent particulièrement élevées. La Cie E perdit tout ses officiers en 5 actions disctinctes. A chaque fois c’est le sgt-chef Warren H. Jordon qui assuma brillamment le commandement de la Cie, ce qui la valut de passer officier quelques temps après. D’après son journal de marche la capacité de combat du régiment était toujours élevée alors qu’étonnamment celui du 19e RI notait qu’il était trop épuisé pour enlever ses morts…
Au sud du 9e RI le 1/34 fut lui aussi pris dans l’assaut général qui pris à partie la totalité de la TF Hill. Après aboir repoussé un assaut ennemi la Cie B dut reculer de 200m mais put stabiliser sa position avec l’aide de la Cie A. A 3km plus au Sud les Cies commencèrent à quitter sur ordre leurs positions très exposées le long du fleuve sous le couvert du 27e RI. Cette retraite avait pour but de conslider un 34e RI très éprouvé. Michaelis émit cependant des objections et Church annula le mouvement, malgré les protestations de Beauchamp. Les 2 Cies demeurèrent donc sur leurs positions isolées où elles n’eurent à peu près aucun effet sur la bataille en cours.
Durant cette journée émaillée de nombreux combats sur toute la zone d’opérations l’Etat-Major divisionnaire se réunit pour organiser la reprise de la contre-attaque de la TF Hill. Celle-ci devait reprendre le lendemain, à 6h30.
A la nuit tombée Church avait toutes les raisons de s’estimer satisfait de la journée. La PLR était de nouveau sécurisée, toutes les attaques nord-coréennes le long du front avait été repoussées et la TF Hill se préparait à chasser l’APC du saillant. Cependant plusieurs problèmes demeuraient. Les communications étaient toujours catastrophiques, malgré l’établissement d’un second réseau radio par la 24e Cie de Transmissions. Les munitions pour mortiers de 4.2 pouces et 81mm étaient dramatiquement basses, ainsi que celles des fusées éclairantes de tous calibres. Peu de renforts humains étaient arrivés pour combler les importantes pertes des derniers jours. Church lui même estima la capacité de combat de la division à 52%, somme unités atteignant à peine les 20%. Pire encore, un prisonnier affirmait qu’un nouveau régiment de la 4e DI venait d’arriver sur zone. De plus une unité avancée avait repéré un tank à l’est du fleuve.

Sources :
- Roy E. Appleman : South to the Naktong, North to the Yalu / Center for Military Research
- William G. Robertson : Counterattack on the Naktong, 1950 / Combat Studies Institute (US Army Command And General Staff College, Fort Leavenworth, Kansas)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 18:09 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com