Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Retour au Pays du Matin calme - 1950

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE BATAILLON FRANCAIS DE L'ONU EN COREE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Léon le Marin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 13 Fév - 19:35 (2009)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

LETTRE À DES AMIS CORÉENS

CE TEXTE EST DÉDIÉ À MES CAMARADES DE COMBAT CORÉENS DONT LES NOMS SUIVENT:

YANG Yung -Bok, KANG Ho-Kun, KIM Chul-Un, KIM Sok-Tea, TCHE Wang-Sik, LEE Man-Hi,
TCHE Ki-Son, KIM Tchang-So, KIM Jong-Kon


et à tous mes camarades du Bataillon Français de l'ONU, morts et vivants.


Mes amis Vincent FAUVELL-CHAMPION à gauche, Robert BREUIL au centre. À droite (!) M. MASSERET, ancien SÉDAC)

Robert BREUIL et sa section en 1952
__________________


Il y a cinquante ans il fallait plus d'un mois pour aller de France en Asie ; aujourd'hui quelques heures suffisent. L'époque des voyages en bateau avait des avantages. Les longues traversées favorisent la lecture et permettent de glaner des connaissances. L'Orient était un rêve. Le poète anglais Kipling avait dit:

"L'Orient est l'Orient, l'Occident est l'Occident et ils ne se rencontreront jamais."


Mais pourquoi, en ce mois de mars 1952, étions nous encore si nombreux à voguer vers la Corée?

Un trait de crayon avait, en 1945, coupé votre pays en deux et livré à une des pires idéologies occidentales la partie située au nord. Ces faits conduisirent à une guerre et la Corée à un désastre qu' elle ne méritait assurément pas après la violence absurde de l' occupation japonaise.

C'est ainsi que du 11 avril 1952 au 16 juillet 1953, j'ai combattu sur le front de Corée au sein du Bataillon Français, incorporé dans l'Armée des Nations Unies. J'avais le privilège de commander un groupe de soldats Coréens.

Le combat pour la liberté honore tous ceux qui y participent puisque la liberté se partage comme le pain ou le bol de riz, et qu'il n'y a pas de fraternité sans liberté.
Nos morts, toutes nationalités confondues, forment un tout indivisible dans notre mémoire. Nous leur devons d'avoir été vainqueurs. La Corée du Sud est aujourd'hui un pays où règnent la liberté, la démocratie et la prospérité et nous savons qu'un peuple entier, de Pusan au Yalou, aspire à nouveau à être ensemble, libre et ouvert au monde quoique indépendant de toutes les autres nations.

On a dit qu'avant ce conflit, l'Occident ne connaissait pas le Pays du Matin Calme. Ce n'est pas tout à fait vrai. Il y a les amateurs d'atlas. Et les visiteurs du Musée Guimet à Paris savaient que s'y trouvent, depuis plus d'un siècle, des œuvres d'art coréennes d'une qualité exceptionnelle.

Tandis qu'aujourd'hui les Coréens se tournent vers le Christianisme, les Français s'initient, en ce moment, au Bouddhisme et apprennent que les Quatre Nobles Vérités représentent l'essence de l'enseignement du Bouddha: la vérité de la souffrance, la vérité de l'origine de la souffrance, la vérité de la cessation de la souffrance et la vérité de la voie conduisant à cette cessation.
Avant la Corée, l'Indochine, nous avait, par l'exemple, enseigné le Bouddhisme totalement présent dans le Sermon de Bénarès, et dont chacun connait la quintessence.
Le Bouddha, au cours de son enseignement, disait aussi :

"C'est à l'intérieur de ce corps même, tout mortel qu'il est et de six pieds de long seulement, que sont, je vous le déclare, le monde et l'origine du monde, et la fin du monde, et pareillement le chemin qui mène à toute cessation."

L'Indochine avait un avantage pour nous permettre d'accéder à une grande partie de la culture asiatique et comprendre le culte des ancêtres, tel que vous le pratiquez encore: elle parlait français.

Quoique vous parliez une langue que nous ne connaissions pas, nous savions que non seulement vous êtes une terre bouddhiste mais que vous aviez introduit le bouddhisme au Japon. Voyant le symbolisme de votre drapeau, nous avons saisi que vos liens avec la Chine étaient multiséculaires. Nous faisions ainsi un pas de plus dans la découverte de l'Orient et ce pas nous engagea à explorer le Yi King vieux de plus de trente siècles, où se trouve la signification du Yang, du Yin et des trigrammes dont quatre sont placés sur votre emblème national. Ils représentent le ciel et la terre, le feu et l'eau avec, au coeur, le Yang et le Yin. Avec le Yi King, l'Orient posa, à l'aurore de son Histoire, les questions essentielles dont il est resté profondément marqué.
Confucius augmenta le Yi King de commentaires et sa sagesse est contenue dans Les Quatre livres. Ses leçons de morale servent à diriger les États et à se conduire soi-même. Et, quoique vous soyez aussi confucéens, je prends le risque de le citer:

"- Celui qui gouverne un peuple en lui donnant de bons exemples est comme l'étoile polaire qui demeure immobile, pendant que toutes les autres étoiles se meuvent autour d'elle.
- Le sage commence par faire ce qu'il veut enseigner; puis il l' enseigne.
- On s'égare rarement en s'imposant à soi-même des règles sévères. "


Ne suis-je pas obligé de citer le Tao Tö King de Lao Tseu ? Impénétrable mais souverain, il fut un temps mon livre de chevet et il est toujours présent parmi mes livres comme dans toutes les bibliothèques de la planète.

En voici quelques fragments :

On façonne l'argile pour faire des vases mais c'est du vide interne que dépend son usage. (11)

Qui va vers le Tao, le Tao l'accueille.
Qui va vers la vertu, la vertu l'accueille.
Qui va vers la perte, la perte l'accueille. (23)

On régit un grand Etat comme on fait frire un petit poisson. (60)

Le Tao est le réservoir de tous les êtres, le trésor des hommes bons et le refuge de ceux qui ne le sont pas. (62)


Tel est, avec ces citations du Tao, et même s'il est permis de penser que vous en auriez choisi d'autres, un des fils conducteurs qui mènent à cette culture qui a imprégné toute l'Asie.
Les plus grands hommes se trompent et les poètes beaucoup moins que les grands hommes. Kipling s'est trompé, peut être parce que, en son temps, le choc des idées était d'abord celui des armes entre l'Occident et l'Orient. On dit que le monde ne change guère mais on a compris qu'il n'est pas immuable et une longue Histoire a existé après Kipling. Un pronostic n'est pas une loi d'airain !

La culture orientale est nécessaire au monde d'aujourd'hui. Son immense prestige vaut le voyage en Orient même si la culture occidentale n'est pas sans mérites...
Un Coréen de mon groupe de combat, KANG Ho- Koun, participait aux échanges culturels entre l'Orient et l'Occident et lisait, en coréen, des œuvres de la littérature française du XIXe siècle. Je déplore qu'il soit mort, lui et tant d'autres et il m'arrive souvent de penser à lui.

Permettez-moi, d'exprimer un regret. Chacun sait qu'Alexandre le Grand partit des rives de la Grèce pour atteindre la vallée de l'Indus au 3è siècle avant J .C. Ses soldats, fatigués, refusèrent d'aller jusqu'au Gange et c'est là mon regret. Dans la vallée du Gange, le Bouddhisme triomphait et on rêve du profit que nous eussions pu tirer de cette rencontre quand on pense à la Province de Gandhara en Inde où existe un art gréco-bouddhiste qui a produit des œuvres admirables. Si vous venez à Paris, ne manquez pas de visiter le Musée Guimet. Certaines s'y trouvent.

C'est le Bouddha qui nous fait aimer l'Inde, alors que l'Hindouisme nous révulse avec les 200 millions d'Intouchables qu'il génère. L'Inde est religieuse et, si profondément, avec ses milliers de dieux, qu'elle nous est étrangère. On peut comprendre l'Inde sans admettre l' ostracisme dont 200 millions d'hommes sont frappés.

Le Bouddha et Héraclite d'Ephèse vivaient à la même époque, l'un en Inde, l'autre en Grèce. Ils ne se sont jamais rencontrés mais ils auraient pu dialoguer ensemble:
Lorsque le Bouddha déclare: "Rien n'est stable ni permanent." Héraclite répond: "On ne peut se baigner deux fois dans le même fleuve." et : "Le soleil est chaque jour nouveau."
Quand le Bouddha dit: "La vie est mauvaise et toute renaissance est la promesse d'une somme de douleurs."
Héraclite renchérit: "Une fois nés ils veulent vivre et trouvent la mort et ils laissent derrière eux des enfants pour connaître le même sort."

Ah ! si nous avions pu, il y a 23 siècles, comparer et méditer sur des textes qui se répondent l'un l'autre !
Plus tard il y eut la Route de la soie et le va-et-vient des caravanes de commerçants. L'un d'eux, pacifique, fit tout pour nous enseigner l'Asie. Il s'agit de Marco Polo, un vénitien qui, au 13e siècle, passa vingt quatre années sur les routes de l'Orient dont dix sept en Chine. Il en revint ébloui et dicta ses Mémoires avant de mourir. Son livre fut écrit en français qui allait devenir la langue diplomatique de l'Occident. Le livre de Marco Polo reçut pour titre: Livre des Merveilles. Mais comme on ne savait rien de l'Asie avant lui, on le traita de menteur! Puis il y eut des missionnaires qui ne comprirent pas l'Orient puisqu'ils apportaient une religion qui devait sauver les âmes. Que d'occasions perdues!

Cinquante cinq ans avant notre arrivée en Corée, une française, Madame Alexandra David-Néel, apprendra le sanscrit, le chinois, le pali et le tibétain. Elle rencontrera le 13e Dalaï Lama et sera la première femme à visiter la cité interdite de Lhassa. Elle voyagera en Inde, au Japon, en Chine, et en Corée où, démunie d'argent, elle se nourrira de pissenlits et de champignons cueillis dans vos forêts. Quand elle rentrera en France, elle publiera des livres et des articles et fera connaître au monde la culture bouddhique.

Inspirons-nous du passé mais tournons-nous vers l'avenir. L'Occident et l'Orient vont vivre ensemble puisqu'ils se sont rencontrés ici il y a plus de 50 ans quand ils combattaient côte à côte pour les mêmes valeurs. L'importance de cette rencontre et celle de la paix, nous obligent. Aussi admirable que soit l'Orient qui nous a toujours fascinés, nous n'allons pas à lui l'esprit vide et le cœur sec. Faisons en sorte que le voile qui sépare nos deux continents se déchire entièrement.

Parfois, ce qui est mauvais comme la guerre nous conduit à quelque chose de bon qui est la paix et l'entente universelle. En somme, si j'ai bien compris, ce qui s'oppose est symbole de complémentarité.

Voici, à nouveau, quatre fragments d'Héraclite où il est permis de retrouver un écho du Yi King et du Tao:

8.- Ce qui est contraire est utile et c'est de ce qui est en lutte que naît la plus belle harmonie; tout se fait par discorde.
51.- Ils ne comprennent pas comment ce qui lutte avec soi-même peut s'accorder: mouvement en sens contraire, comme pour l'arc et la lyre.
57.- Hésiode... ne savait pas distinguer le jour de la nuit. Et en effet c'est une seule et même chose.
80.- Il faut savoir que la guerre est commune, la iustice discorde, Que tout se fait et se détruit par discorde.

Nous savons, grâce à Héraclite, que nous sommes solidaires de l'Orient par la pensée et que rien ne doit nous empêcher d'accéder à votre culture comme vous à la nôtre.

Certes, nous, Français, sommes des individualistes qui rêvent de fraternité universelle et qui ne croient pas pouvoir accéder jamais à la sérénité, tandis que vous êtes liés par des liens familiaux très forts. Votre aventure se joue au sein d'une communauté, la nôtre est solitaire. Vous mourrez apaisés, entourés de vos proches, nous finissons notre vie dans la tragédie parce que la mort est pour nous une tragédie qui se termine mal. Vous trouvez votre grandeur dans un destin partagé, nous trouvons la nôtre dans un destin en marge. Vous affirmez la primauté de la société sur l'individu alors que, face à la. société, nous sommes d'irréductibles révoltés. Il nous arrive de sacrifier nos vies moins pour la communauté à laquelle nous appartenons que pour certaines idées abstraites. Vous respectez les hiérarchies et les rites tandis que nous restons d'incorrigibles contestataires des unes et des autres. Il nous arrive pourtant de ressentir le malheur des autres peuples comme s'il s'agissait du nôtre, à l'exemple de Voltaire qui, en 1756, écrivit un poème plein de compassion bouddhiste sur le désastre de Lisbonne.
Ainsi nous sommes moins reliés à nos ancêtres qu'à l'Histoire même s'il arrive que notre ego (l'ego n'est pas bouddhiste) se reconnaisse une conscience collective.

Rien de tout cela n'affirme de différences irréductibles puisque nous savons qu'aujourd'hui, elles s'atténuent. Retenons aussi que notre science isole de son contexte le phénomène étudié parce qu'elle est analytique mais que la vôtre embrasse d'un seul coup tous les rapports parce qu'elle est synthétique. Jusqu'au siècle dernier nos savants avançaient du connu vers l'inconnu et les théories de Pasteur faillirent ne pas être acceptées, tant sa méthode était qualifiée d'absurde, parce qu'à votre exemple, Pasteur partait de l'inconnu pour trouver la vérité. C'est ainsi que dès l'aurore de l'Histoire vous avez saisis l'univers de manière réaliste et l'avez intégré dans votre philosophie tandis que jusqu'au 16e siècle de notre ère nous disputions au sujet de la terre: certains croyaient qu'elle était plate alors que d'autres affirmaient qu'elle était ronde...

Il est néanmoins deux choses que Coréens et Français ont en commun: le souci de l'intégrité de leur territoire et celui de l'Indépendance de leur Nation. Et, pour les uns comme pour les autres. l'un ne va pas sans l'autre.

René Etiemble, un de nos plus éminents sinologues mort le 7 janvier 2002, connaissait parfaitement la langue chinoise qui fut la passion de sa vie. Il avait étudié les auteurs chinois dans le texte original et avait écrit sur eux. Il disait ceci :

"...la force de l'humanisme chinois est de défendre l'homme en devenir face à toute forme de répression." "Sans le détour par la Chine, avait-il ajouté, je n'aurais probablement jamais trouvé ma vérité, ma morale et mon bonheur ."

La pensée orientale a toujours su relier l'homme à l'univers. Elle en connait les dangers mais enseigne à l'homme qu'il lui faut vivre en harmonie avec les forces qu'il ne peut maîtriser. Là est sa grandeur.

Il y a 80 millions d'années, l'Inde, se détachant du continent africain et de Madagascar, partit à la dérive vers le continent asiatique. La jonction se fit il y a 50 millions d'années et, depuis, la poussée constante de l'Inde sous l'Asie a créé l'Himalaya - les plus hautes montagnes du monde - soulevé le Tibet, bouleversé la Chine, la Sibérie et tout le sud-est asiatique. Cette poussée continue. Elle modifiera entièrement l'Asie dans les 50 millions d'années à venir et affectera aussi la Corée. Les deux tiers de l'Inde passeront sous l'Asie. La géographie de cette région du monde telle que nous la connaissons aujourd'hui en sera entièrement bouleversée.
Dans l'univers, des étoiles meurent, d'autres naissent. Des mondes se frôlent ou entrent en collision. Habitées ou non des planètes sont broyées. Le destin de l'humanité, voué à tous les changements, est, en tout, pareil à celui de l'univers.

Le tremblement de terre qui vient d'anéantir cent mille vies et en épargne autant dans une ville dont il ne reste que des ruines rappelle à l'Homme la violence de l'univers dont il ne sera jamais le maître et où le destin de chacun semble être joué sur un coup de dés.

Vivant, comme l'affirme le Bouddha, dans l'impermanence des choses, l'homme devra s'adapter comme il l' a toujours fait depuis qu'il est apparu sur la terre.
C'est la Loi du Yin et du Yang. C'est aussi celle que le Bouddha énonçait:

"Il n'existe, disait-il, dans tous les univers, visibles et invisibles, qu'une seule et même puissance, sans commencement, sans fin, sans autre loi que la sienne, sans prédilection, sans haine. Elle tue et elle sauve sans autre but que de réaliser le Destin. La Mort et la Douleur sont les navettes de son métier, l'Amour et la Vie en sont les fils."

Je crois avoir souligné de nombreux points de convergences entre la pensée du grec Héraclite et la pensée asiatique. L'une et l'autre nous disent d'avoir pleinement conscience de la réalité des choses avec lesquelles nous sommes en contact quotidien.
Dans la symphonie des apparences, chacun fait preuve de tolérance confucéenne : elle existe dans les deux camps. Nul ne peut demander à l'autre de renoncer à des valeurs spirituelles qui sont le fondement d'une culture hors de laquelle, l'un et l'autre, resteraient démunis. Aussi devons-nous transcender ce qui peut paraître nous séparer. Dans cette perspective, permettez-moi d'évoquer Monsieur Cheng.

Mr Cheng est un écrivain chinois qui, sans rien renier de ses origines et de sa culture, a assimilé la langue et la culture françaises. il écrit ses oeuvres en français et, en juin 2002, il a été élu membre d'une de nos plus prestigieuses Institutions: l'Académie française.

Depuis des millénaires vous luttez et faites preuve d'une farouche volonté pour demeurer un peuple indépendant. Vous êtes pourtant restés fidèles à la philosophie chinoise malgré les différends, les guerres et les tempêtes de l'Histoire, car vous avez toujours su que l'assimilation d'une culture supérieure est d'abord la preuve d'un esprit sûr de lui-même et qui sait aussi, par la force de l'évidence, que seul ce qui est grand vaut d'être acquis et dépassé.

D'autres viendront, plus qualifiés qu'un vieux vétéran pour vous parler de la quintessence de nos cultures respectives et souligner des convergences qui sont si grandes qu'ils pourront dire que l'Orient et l'Occident sont à jamais et depuis toujours solidaires.

Puisse cette guerre - dont nous avons célébré en 2003 le cinquantième anniversaire de la signature de l'armistice - contribuer à construire un avenir dont nous savons aujourd'hui qu'il ne peut être séparé, ni pour vous en tant que Nation, ni pour l'Orient ni pour l'Occident.

Je n'ai, à aucun moment voulu dire autre chose, tout en ayant, toujours présent à l'esprit, le souvenir de nos morts.

Robert Breuil


Numérisation LC_R 25 août 2004
Breuil_lettre1.doc
Source: site personnel de Léon le Marin (bouton)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 13 Fév - 19:35 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
COLLEMANT Dominique
Membre d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 1 717
Localisation: Seine-Maritime

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 12:27 (2010)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

Content de voir mes Amis Léon ROCHOTTE et Robert BREUIL sur ce forum. Okay
Dominique
_________________
Frère de Philippe Collemant pionnier d'assaut au BF/ONU mort au champ d'honneur à ARROW-HEAD (Corée) le 06.10.1952
Revenir en haut
ben73
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 31 Jan - 12:03 (2010)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

merci a vous tous pour les elements, temoignages et recits intenses que vous nous livrer
c d'une valeur historique et humaine inchiffrable
le devoir de memoire et le respect aux anciens ne doivent pas etre oublier
merci
Revenir en haut
*SHERMAN*


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2007
Messages: 703
Localisation: bretagne

MessagePosté le: Dim 31 Jan - 13:36 (2010)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

merci pour tout ce temps que vous nous consacrez.

cala nous récompense de tout nos efforts.
_________________
ex sergent du groupe Crèvecoeur

29th Let's Go !!!
Revenir en haut
MSN
Léon le Marin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 31 Jan - 15:10 (2010)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

Merci SHERMANN pour tes bonnes paroles.
Je te demande, ainsi qu'à tous nos camarades, de ne pas relâcher tes efforts car, inexorablement, nous sommes de moins en moins de Témoins directs pour défendre notre Mémoire.
Je pense opportun de faire aujourd'hui devant vous tous, le point d'un problème qui me paraît crucial, et sur lequel, nous les Anciens, avons de moins en moins de possibilités d'agir puisque, à l'évidence, nous sommes privés de parole "officielle".

===========================


2010 - 60ème anniversaire de la Guerre de Corée - participation française ?
"Retour au Pays du Matin calme - 1950"
"Laissés sur le bord des Chemins de Mémoire . . . ? "


Le 31 décembre 2009, je recevais une newsletter canadienne à laquelle je suis abonné intitulée:

2010 REVISIT KOREA PROGRAMS ARE OPEN TO ALL VETERANS WHO SERVED IN WAR


Il y est dit que les programmes de (visite)/re-visite en Corée sont ouverts à tout vétéran ayant servi en Corée et non pas seulement à ceux adhèrents à une association, ces derniers, dans certains pays, pouvant ne représenter que 20% du total des survivants selon mon correspondant Vince COURTENAY.

Toujours attentif à ce qui concerne les Anciens de Corée, je me suis empressé de diffuser l'information en France vers les quelques Anciens que je connais, et aussi vers les responsables de l'Association régimentaire nationale, lesquels, à l'évidence, n'en ont tenu aucun compte, leur programme étant déjà arrêté. Je présume que les places offertes sont déjà totalement prises par des anciens ayant bénéficié antérieurement de plusieurs programmes de re-visite voire, ainsi qu'il s'est produit dans le voyage par avion spécial du SÉDAC Jean-Marie BOCKEL en décembre 2008, par des personnes ne pouvant justifier d'aucun passé militaire en Corée. Ce qui est, à mon sens, critiquable, s'agissant de subventions coréennes de la 5ème division, mais aussi d'argent du contribuable.

La lettre explique que le "Ministère des Affaires Patriotiques et des Anciens Combattants" coréen ainsi que le Comité créé à cet effet ont tenu des conférences d'information sur le sujet auprès de TOUS les Ambassadeurs et Attachés Militaires des pays concernés. Je me suis donc également tourné vers la Mission Militaire française à Séoul.

Voici le point de mes tentatives depuis un mois:

- Le parlementaire Patrick BEAUDOUIN à la fois président du "Groupe Parlementaire d'Amitié à la Corée du Sud" à l'Assemblée Nationale qui serait (selon la Mission Militaire) en charge du programme pour la France, et président de "l'Association des Amis et Anciens des Forces Françaises en Corée et du 156ème R.I." (!) refuse de me parler ou de correspondre avec moi depuis des années, ainsi que ses adjoints, sauf à critiquer mes modestes actions culturelles ou de mémoire.
- Il m'est impossible d'obtenir un échange ni avec le nouveau SÉDAC Hubert FALCO, ni avec la personne chargée des affaires "Marine" au sein de son cabinet, desquels je sollicite une intervention neutre et objective.
- Je me chamaille avec le Colonel commandant la Mission Militaire à Séoul qui va même jusqu'à m'accuser de l'intrumentaliser (ce dont je me suis excusé d'avoir pu laisser croire) et me renvoie obstinèment vers Patrick BEAUDOUIN.
- C'est Kafka et bien dans le style du paysage associatif et administratif français traditionnel.

Sans arbitrage rapide et juste d'une structure gouvernementale française, les Vétérans, notamment ceux du Groupe "Crèvecœur" de Normandie (ancienne association ROSSI, 2nd ID "indianhead" 23rd RI US "French branch"), qui pour des raisons qui leur sont propres et légitimes, ne souhaitent pas intégrer une association dont l'attitude est caractéristique depuis toujours de l'abus de position dominante, seront donc privés de l'hommage international parmi 21 nations qui leur est offert par les autorités coréennes dans le cadre des places offertes. Sauf à attendre le prochain soixantenaire ? C'est inéquitable.

Concernant les Anciens Marins de l'aviso La Grandière F731 en Corée 1950 dont je suis, qui comptent encore deux Amiraux dans leur rangs, ils peuvent peut-être espérer une solution à leur cas, cette lettre expliquant que des informations concernant les célébrations du soixantième anniversaire du débarquement d'Inchon en septembre avec la participation de six marines et délégations de leurs vétérans, devraient être données ultérieurement.
Une seconde newsletter insiste sur ces dispositions et fait état de la participation déjà programmée d'un amiral canadien de 91 ans... C'est également l'âge de l'un des Nôtres...

J'en suis à ma quatrième tentative en ce qui concerne le SÉDAC.
Hier, j'ai complété mes interventions en m'adressant au ministre Hervé MORIN et au parlementaire André SANTINI (Ancien ministre, Maire d'Issy les Moulineaux ville jumelée avec Guro-gu district de Séoul), que je connais bien, en tant qu'ancien président du Groupe Parlementaire d'Amitié à la Corée du Sud.

Dodge Vince est en relation avec moi sur ce sujet qui nous intéresse tous sur ce forum et nous ne manquons pas d'en échanger régulièrement ayant comme souci commun d'éviter toute polémique.

Léon C. ROCHOTTE
Revenir en haut
COLLEMANT Dominique
Membre d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 1 717
Localisation: Seine-Maritime

MessagePosté le: Dim 23 Déc - 23:00 (2012)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950 Répondre en citant

Je fait remonter ce sujet , pour lire l'article de mon Ami Robert Breuil concernant ses Amis Coréens dont je sais qu'il est très fier , ayant eut l'honneur de les commander dans sa section.
_________________
Frère de Philippe Collemant pionnier d'assaut au BF/ONU mort au champ d'honneur à ARROW-HEAD (Corée) le 06.10.1952
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:44 (2016)    Sujet du message: Retour au Pays du Matin calme - 1950

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE BATAILLON FRANCAIS DE L'ONU EN COREE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com