Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
"Avoir vingt ans à Chipnyong- ni"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Léon le Marin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Fév - 19:21 (2009)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

Avoir vingt ans à Chipyong Ni. En ce temps là l'O.N.U. ....

(Éditions REMICOM)


(Extrait et condensé par L. ROCHOTTE Septembre 96)

" À partir du Mardi 30 Janvier 1951, toute la 2ème Division US essaie de former une nasse immense pour attraper les Chinois. La division va former un grand "U" dont les branches seront dirigées vers le nord et écartées de plus de 20 kilomètres. Ce n'est pas une mince affaire et plutôt audacieux; les Chinois sont très supèrieurs en nombre dans une proportion de dix contre un...

....Le troisième bataillon du 23ème régiment US et le bataillon Français démarrent en direction de Chipyong Ni par des routes et des pistes verglacées et glissantes ... Les compagnies avancent en "pitonnant" sur les hauteurs qui bordent la route. Les pentes enneigées sont verglacées et si abruptes qu'il faut grimper à l'aide des mains. Le général MONCLAR fait lui aussi la grimpette pour encourager ses gars. Arrivés le soir à quatre kilomètres de Chipyong Ni, les deux bataillons s'installent autour et dans une vallèe que les Américains appellent "Twin Tunnels". Il y a en effet deux tunnels de chemin de fer, un de chaque côté de la route. C'est l'endroit où, il y a deux jours, une patrouille américaine est tombée dans une embuscade tendue par les Nord-coréens.

Nous découvrons d'ailleurs ce qu'il en reste. Une jeep à moitié retournée est restée en équilibre au dessus du petit précipice surplombant la rivière, est retenue par un petit arbre. Retenu par le volant, le corps d'un jeune lieutenant américain.... Plus loin nous découvrons les carcasses de dix autres jeeps et quelques cadavres. Sur les rails de la voie ferrée à la sortie du premier tunnel, une quinzaine de corps sont alignés côte à côte, leurs mains encore attachées dans le dos. Ce sont des Américains, les "prisonniers" de la patrouille Nord-coréenne...

Le bataillon US prend position sur les pitons à droite de la route et les Français du BF/ONU à gauche. La Première compagnie grimpe sur le piton "453", celui-ci surplombe la profonde vallée perpendiculaire à la route. Sur les pitons de gauche au sud s'installe la "Deux", puis au nord grimpe la "Trois"; La compagnie "ROK" va se placer entre les deux.

Ma compagnie, la "CA" barrera la vallèe...Ses mitrailleuses s'installent sur un petit piton, à l'entrée de la vallée. Notre section quant à elle est envoyée au fond de cette sinistre vallée qui est un véritable coupe gorge. Elle doit prendre une position peu enviable dans le petit hameau, qui a le nom de Munchon, où elle sera absolument seule, les Chinois non comptés, bien sûr!

Notre situation est d'autant peu enviable que nous sommes ici en avant des des lignes des autres forces des Nations Unies.... ...Quoiqu'il arrive, nous ne pourrons compter sur aucun secours... - ..C'est une folie... d'envoyer ainsi une vingtaine d'hommes équipés d'armes lourdes, comme les 75 SR, pour barrer de nuit une vallée à des fantassins ennemis. D'autant que ceux-ci sont environ dix fois supèrieurs en nombre à nos deux bataillons américano-français réunis...

... Tout se déclenche vers cinq heures du matin: sur les hauteurs, des explosions, des tirs d'armes automatiques, vite suivis de cris et appels aux brancardiers, enfin, tout ce qui marque un très violent accrochage, retentit, mais ce n'est pas un simple accrochage, ce sont des tas d'accrochages qui embrasent les pitons.... ... Par radio, le lieutenant reçoit l'ordre de ramener mon groupe sur la route... ...Les bruits intenses de la bataille continuent sur les hauteurs...

Le jour se pointe enfin, avec malheureusement un plafond trop bas pour que les avions puissent nous venir en aide, ... la situation dans son ensemble n'est pas brillante pour nos deux bataillons alliés. Les Chinois ont attaqué en nombre de partout et la situation est très critique. Nous apprenons que dans Munchon tout a vraiment très mal tourné. Ils ont été complètement débordés par les Chinois.. Nous partons à l'escalade d'un piton verglacé pour nous porter au secours d'une mitrailleuse de la compagnie CA en difficulté dont les servants se font descendre par des "snipers" les uns après les autres. En arrivant nous entendons le dernier tireur de la mitrailleuse blessé qui crie en appelant sa mère...Il est sèrieusement touché et deux gars l'évacuent....Nous reprenons la mitrailleuse et devenons aussitôt la cible privilègiée de l'adversaire.. Étant couché à plat ventre, c'est bien la première fois de ma vie que des balles me passent sous le ventre...Elles passent dans l'épaisseur de la neige en dessous de nous...

Les pertes alliées sont très lourdes, mais avec l'aide de l'aviation, le front est tenu et l'ennemi, décimé, est battu.... Mais il ne faudrait pas que mes silences et le masque de légèreté de mes propos dans mon livre faussent la réalité de l'enfer vécu par ceux du Bataillon Monclar et par nos Compagnons d'arme Américains. Je garde profondèment gravé dans mon souvenir ce 1er Fèvrier 1951 aux combats au corps à corps, contre l'énorme masse d'une division chinoise, la 125ème, que nos deux bataillons franco-américains, seuls, ont dû affronter en territoire ennemi.
"

(D'après Michel ROSSI)


Citation:
À la mémoire de tous les obscurs qui on fait la gloire du Bataillon français de l'ONU en Corée, et qui ne donnèrent jamais leur nom à quoique soit d'autre que leur tombe... lorsqu'ils en ont une


AVOIR VINGT ANS A CHIPYONG-NI se veut avant tout être un témoignage et non "le livre de guerre" habituel. Ici, pas de roman, il est évident que l'auteur a réellement vécu ce qu'il raconte et ce qu'il dévoile ne peut s'inventer, son récit est éclatant de vérité. Grâce à un humour aussi étonnant que détonnant, la lecture est des plus divertissantes, drôle, mais aussi émouvante. L'ambiance surpasse l'action et l'âpreté des combats est plus suggérée que décrite. Le début de cette longue aventure commence avec la vie d'un enfant de la guerre. Plus tard, ce sera celle encore plus mouvementée d'un tout jeune sergent durant la terrible guerre de Corée, à une époque où les Nations-Unies imposaient fermement la Liberté et la Paix dans le monde, quitte à le faire par les armes...
Ce livre constitue une indéniable documentation sur cette Corée qui revient aujourd'hui sur le devant de l'actualité (Michel Rossi a été correspondant de l'ORTF en Corée, au Japon et aux États-Unis). Vous y découvrirez ce qu'étaient alors ces jeunes Français "d'une autre époque", qui formèrent ce fameux Bataillon Monclar couvert de gloire en Corée. Leur contribution à la Liberté du peuple coréen apporta une précieuse pierre à la construction de la Corée moderne. Mais qui le sait? qui le dit? Pourtant, si aujourd'hui la République de Corée du Sud peut, entre autres, s'équiper d'un TGV ultra-moderne, leur sacrifice y est assurément pour quelque chose...

(Éditions REMICOM, 8 rue Molière - 92400 COURBEVOIE)




NOTE sur Michel ROSSI qui compta parmi mes meilleurs amis....



Michel ROSSI
Ancien président de l'Association FRANCE-CORÉE (1997)
Ancien président de l' Association Nationale des Anciens Combattants de la Seconde (Indian Head) Division des États-Unis (French Branch) et du Bataillon Français de l'O.N.U. en Corée French Branch
Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre
Grand reporter de télévision - Réalisateur de cinéma - Directeur de la photographie

Michel Rossi est né le 8 février 1931. Réalisateur de cinéma et grand reporter de télévision, il était le Président de "l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Seconde (lndian Head) Division des États-Unis et du Bataillon Français de l'ONU en Corée" (Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire et Croix de guerre). Sa réelle fierté date de février 1951, quand en pleine guerre de Corée il fêta l'anniversaire de ses vingt ans dans le froid et la neige de Chipyong-ni: "le Village de la terre plate". Dans ce petit village hautement stratégique, isolés à vingt kilomètres au-devant les lignes alliées, ceux du Premier Bataillon Français de l'ONU avec leurs camarades du 23ème Rgt. US ont réussi à tenir tête à des milliers et des milliers de soldats chinois de l'Armée Rouge de Mao Tsé-Toung qui les encerclaient... "Je ne fus jamais si entouré pour mon anniversaire!" reconnaît-il...

Pour le 45ème anniversaire de ces évènements, Michel ROSSI avait écrit un livre. Ainsi que le rappelait son ami de toujours le Colonel (er) Pierre COLLARD, alors S/Lieutenant du Bataillon Français de l'ONU, au niveau du sous-officier qu'était Michel ROSSI , et selon une certaine hiérarchie militaire, on ne saurait que raconter "des coups"... Pourtant ...Il a réussi avec une rare simplicité et une extrême rigueur à les fixer d'une plume ferme et enjouée pour nous livrer un témoignage vrai et précis sur le troupier de sa génération...

Michel ROSSI est décédé en octobre 2002 à Courbevoie.

Léon le Marin

Je dédie ce post au Père de DomiPol, bien amicalement.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Fév - 19:21 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DomiPol
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Fév - 21:57 (2009)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

Et j'en suis toute émue, mon pére lui n'avais que 23 ans, et était sergent, quand il se retrouva blessé et perdit sa main, il resta toute sa vie marqué par cette guerre , et depuis déteste le froid, la neige, l'hiver, d'ou son départ à l'étranger au Maroc, apres sa mise en invalidité militaire, une peu jeune, pour rester inactif!!!

Merci Léon pour ce post
Revenir en haut
COLLEMANT Dominique
Membre d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 1 712
Localisation: Seine-Maritime

MessagePosté le: Sam 3 Avr - 16:05 (2010)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

Beau document Léon. Okay
Bien amicalement.
Dominique
_________________
Frère de Philippe Collemant pionnier d'assaut au BF/ONU mort au champ d'honneur à ARROW-HEAD (Corée) le 06.10.1952
Revenir en haut
HANNIBAL
GROUPE CREVECOEUR

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 3 662

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 19:20 (2015)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

Voici  pour ma part, reçu ce matin.

de plus il est dédicacé par Michel ROSSI., je vais faire quelques recherches sur ce Serge LAHAIE savoir si lui aussi à été en Corée.





Revenir en haut
TIC
GROUPE CREVECOEUR

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2013
Messages: 818
Localisation: Rouen

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 11:47 (2015)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

Okay
Revenir en haut
Soucasse Jacques
Famille de vétérans du Bf/Onu

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2011
Messages: 653
Localisation: Sud de la France

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 22:56 (2015)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni" Répondre en citant

bel achat  Okay
_________________
à la mémoire de Robert Soucasse Athos II Corée 1950
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:08 (2016)    Sujet du message: "Avoir vingt ans à Chipnyong- ni"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com