Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (4e partie) Attaque à l'Ouest

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ltc Taplett
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:46 (2007)    Sujet du message: Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (4e partie) Attaque à l'Ouest Répondre en citant

II- Retraite vers le Naktong (4e partie) : Attaque à l'Ouest
1- La Division Fantôme
 La plus à l’Ouest des divisions nord-coréennes, la 6e, avait une mission particulière à remplir. Après avoir suivi la 3e et la 4e divisions jusqu’à Chonan, elle prit la direction de l’Ouest à compter du 11 juillet. 
Durant les 2 semaines suivantes la 6e DI passa inaperçue aux yeux des renseignements américains, parfaite division fantôme.
Quittant Yesan le 13 juillet, la division avança en 2 colonnes et traversa le cours inférieur de la Kum. La plus importantes des 2 colonnes prit Kunsan à peu près au moment où la 3e et la 4e prenaient Taejon. A 50 Km plus au Sud-Est elle rejoignait l’autre colonne pour prendre sans difficulté Chonju, défendue uniquement par de maigres forces de police.
La 6e DI pouvait désormais tenter de percer le flanc gauche de la 8e Armée, droit vers Pusan. En face d’elle ne restaient que quelques éléments épars de la 7e DI de l’ARC, quelques marines Sud-coréens et quelques unités locales de police.
 La Division quitta Chonju le 20 juillet. Le 23 ses 3 régiments se séparèrent. Le 13e RI se dirigea vers Mokpo, sur la côte Ouest. Le 14e fila plein Sud vers Posong. Le 15e quant à lui partit en direction de Yosu, sur la côte Sud. Aucun des régiments ne rencontra de réelle résistance de qui que ce soit.
 
 Le 25 la division se réunit à nouveau à Sunchon, à 140 Km à l’Ouest de Pusan. Logistiquement parlant cependant elle n’était pas prête à partir vers le centre névralgique de la 8e Armée. Les rations étaient divisées par 2,voire inexistantes certains jours. Deux ville restaient dans l’axe de son avance vers Pusan : Chinju et Masan.
 Durant la bataille de Taejon des observations aériennes avaient fait part de mouvements au sud de la Kum en direction de la côte Ouest mais les services de renseignement en déduisirent qu’il s’agissait d’éléments de la 4e DI. Une reconnaissance datée du 23 juillet fit prendre conscience à Walker de la menace qui s’approchait de son flanc gauche.  Le rapport estimait que les forces ennemies seraient à Chinju le 25. Walker décida donc de placer la 24e DI, commandée par le général Church depuis la disparition de Dean, en protection de son flanc menacé. La division n’avait été placée en réserve que la veille et n’avait pu ni être ré équipée ni recevoir de nouveaux hommes en remplacement des morts et des blessés.
Pourtant, dès le 25 juillet, la division moins le 21e RI était positionnée à Chingju et dans ses environs.
2- Embuscade à Hadong
 Rassemblés d’urgence au Japon, 2 bataillons du 29e RI (1 et 3) furent débarqués à Pusan le 24 juillet pour être immédiatement rattachés au 19e RI. Au soir du 25 juillet, le Ltc Mott du 3/29 reçut l’ordre de prendre Hadong, à 55 Km au S-O de Chinju. C’est donc des hommes sans la moindre préparation, équipés d’un matériel tout juste sorti des caisses (i.e. non testé) qui allaient tomber dans le piège d’Hadong. Mott était pour l’occasion accompagné du major-general Chae Byong Duk de l’ARC, en tant qu’interprète et conseiller.

Hadong
 
 A l’aube du 26 le bataillon rencontra une vingtaine de Sud-Coréens blessés qui expliquèrent que la ville avait été attaquée la veille au soir et qu’ils étaient les seuls survivants de la milice locale. L’officier en second du bataillon, le major Raibl, demanda à Moore l’autorisation d’installer les hommes en défense le long de la route mais l’ordre de prendre la ville fut maintenu, après une longue discussion et contre l’avis de Raibl.
Au crépuscule le bataillon se trouvait à Hoengchon, à 5 Km de la ville.
 A 8h45 le 27 juillet la Cie L du Cpt Sharra et une section de la Cie d’Armes Lourdes prirent la tête de la colonne en direction de la passe de Hadong. A 1000 m de celle-ci, Sharra repéra une patrouille ennemie. Après l’avoir mise en fuite ses hommes occupèrent les hauteurs de chaque côté de la passe vers 9h30 et attendirent un soutien aérien prévu pour 9h44.
 La Cie K se mit en route vers un point plus élevé un peu plus au Nord. Tout le bataillon était désormais concentré sur les premières hauteurs de la passe.

La passe de Hadong
 Mott repéra une colonne ennemie en provenance de Hadong. Apparemment les Nord-Coréens ignoraient la présence des Américains. Au moment où les GI’s ouvrirent le feu, ils furent pris sous celui des mortiers et des mitrailleuses ennemies en provenance des hauteurs du Nord. En une minute la le PC du bataillon fut quasiment anéanti. Chae avait été tué, Mott et Raibl étaient tous 2 plus ou moins grièvement blessés Le reste du staff était soit blessé, soit en retraite. Quant aux véhicules, dont la jeep-radio, ils brûlaient au bord de la route.
La 1e section du sous-lieutenant Morrissey (Cie L) fut violemment prise sous le feu ennemi avant d’être chargée à la baïonnette. Morrissey parvient cependant à tenir sa position, soutenu par la 2e section de l’autre côté de la route.
Le Cpt Flynn, de l’Etat-Major du bataillon, tenta de reprendre la situation en main. Il envoya une des sections de la Cie K prendre les hauteurs et ordonna à la Cie I du Lt Makarounis de combler la brèche entre L et K.
Vers midi Mott, dont on n’avait plus eu de nouvelles depuis l’attaque du matin, fut retrouvé par le sous-lieutenant Philipps. Blessé, le pied cassé, il transféra son commandement au Cpt Sharra avec pour consigne de sortir le bataillon  du piège où il était tombé.
Sharra parvint à rameuter les survivants de ses 3 sections (celle de Morrissey ne comptait plus que 12 hommes) et à les faire évacuer en camion vers Chinju en milieu d’après-midi.
Le 13e d’AdC retraita lui aussi, abandonnant sur place un obusier de 105mm et 2 camions de 2,5 T, embourbés dans les rizières.
De leur côté les hommes de la Cie I se trouvèrent coincés dans les rizières situées au pied des collines. Les hommes devaient traverser un cours d’eau d’environ 7m de large et beaucoup abandonnèrent équipement, armes et vêtements pour ce faire. Le Cpt Flynn, de l’Etat-Major du bataillon traversa lui aussi un peut plus loin et récupéra 60 à 70 autres fuyards. Dispersés par les tirs ennemis les hommes marchèrent toute la nuit et le lendemain pour rejoindre les lignes du 19e RI en fin d’après-midi.
Le sergent Applegate (Cie I) et 97 hommes s’enfuirent par mer à Noryangjin, à 8 Km au sud de Hadong. Les hommes furent alors transférés sur un navire de patrouille sud-coréen qui les ramena à Pusan.
 Lorsque tous les fuyards furent rassemblés, le 3/19 enregistra 2 tués, 52 blessés et 349 disparus. Lorsque les Américains reprendront Hadong fin septembre ils retrouveront 313 cadavres de GI’s. Les pertes d’officiers, tant au niveau de l’Etat-Major que des compagnies avaient été particulièrement sévères. Environ 30 véhicules et à peu près tout l’armement collectif avait été abandonné. Ce fut aussi le cas de nombreuses armes individuelles.
Le 28 juillet le 3/19 fut réorganisé en 2 compagnies : K et L. Le lendemain la Cie K fut rattachée au 2/19 à Chinju, la L au 1/19, à 3 Km au sud de la ville.

3- La 4e DI de l’APC entre à nouveau en scène
 Après la chute de Taejon la 4e DI se reposa 2 jours et récupéra un millier de remplçants non entraînés pour combler ses pertes. Au matin du 23 elle quitta la ville en direction de Kumsan. Elle partait rejoindre la 6e DI dans son enveloppement du flanc gauche des positions onusiennes. La 6e sur un arc extérieur, la 4e sur un arc intérieur. A Kumsan le 25 juillet la division reçut 1000 nouveaux renforts peu entraînés et laissa sur place le régiment blindé qui l’accompagnait depuis le l’invasion. Celui-ci devait rester à Kumsan jusqu’à ce que la division ait franchi le Naktong.
Le 28 juillet, même après la défaite de Hadong, les renseignements américains continuaient de croire que seule la 4e DI s’était déployée à l’Ouest de la 8e Armée.


 Le 27 juillet 34e RI défendait Kochang, fort d’environ 1150 hommes, le 1er et le 3e bataillons en comportant chacun environ 350. Ce même jour, le 1/29 du Ltc Wilson , sans soutien aérien, de blindés ou d’artillerie, se trouvait à Anui, après avoir relevé le 1/19 du Ltc Rhea. Celui-ci devait se diriger vers Chinju où devait se concentrer le 19e RI. Wilson n’avait pour seul moyen de communication avec le PC du Col. Moore ( situé à 55 Km de là ), que des messagers envoyés en jeep.
Relevée à Anui par la Cie B du 1/29 du Lt Hughues, la Cie A du 1/19 tomba au beau milieu d’un combat entre Nord et Sud-Coréens. Après avoir vus 6 de leurs véhicules détruits les hommes partirent en direction de Kochang  au lieu de retourner vers Anui. Au même moment, attaquée de 3 côtés à la fois, B/29 dut battre en retraite à Anui à la nuit tombée. En tentant une percée de nuit les Cies B et D furent coupées en 2. Ceux qui restèrent en ville se battirent férocement avant de pouvoir s’enfuir par les collines. Environ la moitié des 215 hommes des 2 Cies furent reportés tués ou disparus. Wilson et le reste du bataillon à Umyong-Ni ne savait rien de ces terribles combats, si ce n’est que les 2 Cies étaient engagées et que des barrages bloquaient les renforts au nord et au sud de la ville. Wilson tenta par 2 fois de dégager ses hommes sans succès.
Au matin du 28 juillet, certains éléments de la 4e DI vinrent rejoindre ceux qui avaient combattu à Anui pour se diriger vers le 1/29.


 Les reste du bataillon de Wilson occupaient des positions défensives à Umyong-Ni et Hamyang, à l’est de la rivière Nam. Les 600 survivants du colonel Min Ki Sik (7e DI de l’ARC) et 150 Marines Sud-Coréens tenaient la rive Ouest. Les mortiers américains repoussèrent une attaque à l’Est alors que contre toute attente, une violente contre-attaque des Marines fit retraiter l’ennemi au Nord. Les prisonniers capturés apprirent à Wilson la défaite de ses hommes à Anui la veille.


En apprenant le soir même que l’ennemi tentait de lui couper toute retraite vers Chingju Wilson commença à exécuter une série de replis successifs qui l’amenèrent près de Sanchong, à une trentaine de Km au Nord de Chingju. Les hommes du colonel Min quant à eux continuèrent jusque dans la ville.
4- La 4e DI prend Kochang
 Le 27 juillet le 34e RI était en position à Kochang, à mi-chemin (55 Km) de la route Kumchong / Chingju, au croisement de l’axe Chinan / Chogye vers le Naktong. C’est là que se dirigea le gros de la 4e DI après avoir écrasé les défenseurs d’Anui.
 Le colonel Beauchamps avait disposé son régiment en un ¾ de cercle autour de la ville, elle-même située au milieu d’une cuvette ovale orientée Nord-Sud de 4 Km de long. Le 3e bataillon était situé sur les hauteurs à 3 Km à l’Ouest. Le 1er bataillon se trouvait à peu près à la même distance à l’Est. Une section renforcée de la Cie I était positionnée à un barrage sur la route Kumchon, à 6 Km au Nord et la Cie de mortiers lourds était à l’extrémité N-E de la ville. A 3 Km au S-E se trouvait la batterie A du 13e d’AdC.
N’ayant pu recompléter son équipement depuis Taejon le 34e RI manquait d’à peu près tout : Mortiers, bazookas, mitrailleuses, radios. De nombreux soldats n’avaient pas de casque ou pas de pelle.


 Au crépuscule du 28 une colonne ennemie fut repérée à l’Ouest, bloquée par un barrage sans hommes que le 34e avait posé le long d’un défilé de la route d’Anui. L’artillerie pilonna la colonne jusqu’à la nuit tombée. Beauchamps fit se rapprocher ses bataillons afin de resserrer sa ligne de défense.
 A 4h00 le 29 juillet l’APC attaqua de 2 directions différentes. Au Nord, où la Cie I se trouva rapidement encerclée , une autre à l’Est. Le 1/34 repoussa cette attaque mais faute d’ordres finit par se replier plus à l’Ouest avant d’être arrêté par Beauchamps. Sans ordres lui aussi le 3/34 se replia sur Kochang, abandonnant la Cie I à son triste sort. Au matin le 1/34 secourut la Cie sauf une section dont les hommes furent reportés tués ou disparus.
Les hommes de la batterie A du 13e d’AdC paniquèrent sous le feu d’une simple patrouille d’une demie-douzaine d’hommes. Il fallut toute la force de caractère de leur Cdt en chef, le major Cheek, pour redonner aux homme assez de courage pour repousser « l’assaut » et dégager la batterie vers l’Est.
 Dans la journée du 29 le 34e RI recula de près de 25 Km vers l’Est, sur des collines près de Sanje-Ri, sur la route d’Hyopchong, détruisant tous les ponts sur son passage. De fait la 4e DI dut laisser son artillerie à Kochang lors de son approche du Naktong.
Le Cdt en chef de la 8e Armée réagit immédiatement à la menace de la 4e DI en déplaçant le 1/21 de son secteur de Yongdok vers Hyopchong où il se positionna derrière le 34e RI, à l’ouest de la ville. Les 2000 hommes du 17e RI de l’ARC se déployèrent sur chacun des flancs du 34e RI dès 2h00 le 30 juillet.
  C’est seulement après Kochang que l’Etat-Major prit conscience du fait que c’était la 4e DI qui venait de l’attaquer et que par conséquent que celle qui menaçait Chinju ne pouvait être que la 6e DI, la division fantôme.
La 8e armée devait faire face à 2 forces distinctes; l’une destinée à lui briser les flancs du côté de Kochang, l’autre destinée à lui couper ses arrières, passant par Masan avant d’atteindre Pusan.
5- La chute de Chinju
 Le 28 juillet, le 1/19 du Ltc Rhea, moins la Cie A, arriva d’Anui pour prendre ses positions à 16 Km au sud de Chinju. La reconnaissance aérienne estima alors à 2 régiments les forces de l’APC présentes à Hadong, et nota des mouvements en direction de Chinju, au N-E.
Avant midi le 29 juillet une colonne s’approcha des positions avancées du 2/19 à une dizaine de Km au S-O de Chinju. Les GI’s reculèrent vers le bataillon, à 6 Km à l’ouest de la ville, sans réellement offrir de résistance à l’ennemi. Une attaque aérienne se révéla beaucoup plus efficace et stoppa momentanément la colonne de l’APC.
Le lendemain matin une unité ennemie contourna le flanc droit (Nord) du 2/19 et coupa l’accès N-O de Chinju.
La Cie G du Cpt Barszcs, située par delà la Nam à l’Ouest de la ville repéra une force d’environ 800 hommes mais ne parvint pas à la disperser. Le camouflage efficace des Nord-Coréens, associé à la pluie et au plafond bas et à la pluie empêcha l’intervention de l’Aviation.
Dans l’après-midi, les Cies E et F traversaient la Nam en direction de l’Est pour se repositionner sur des collines à 3 Km de la ville. Désormais isolée la Cie G dut elle aussi décrocher dans la soirée pour prendre une position défensive sur la berge Est. Elle n’avait alors plus aucun contact d’aucune sorte avec ses sœurs.
 Le 19e RI était pathétiquement sous-équipé pour pouvoir raisonnablement assurer la défense de Chinju. Au 30 juillet sont effectif était de 1895 hommes, 300 dans le 1/19, 290 dans le 2/19 et 396 dans le 3/19 mais tous désorganisés suite aux combats de Hadong. Tous le personnel présent de l’ARC était sous la responsabilité du colonel Moore, y compris les 1249 hommes de ce qu’on appelait la Task Force Min (ex 7e RI). Quant aux 800 hommes ramenés d’urgence entre le 28 et le 30 juillet pour recompléter les rangs, il est peu probable qu’ils aient influé sur l’issue du combat de quelque manière que ce soit. La plupart d’entre eux ne perçurent leur fusil que dans la soirée du 30 et certains moururent avant même d’avoir été enregistrés dans les effectifs de leur nouvelle compagnie. Envoyés en renfort alors que les Cies se battaient déjà, beaucoup d’entre eux ne firent que désorganiser la défense quand ils n’allongèrent pas directement la liste des morts et des blessés.


 A la tombée de la nuit l’ennemi s’approcha au corps à corps. Avant minuit la Cie G reporta avoir tué plusieurs soldats Nord-Coréens infiltrés dans ses lignes.
C’est cependant sur les Cies E et F que l’APC fit porter le gros de son effort. Celui-ci commença le 31 juillet à 2h15 par un barrage d’artillerie de 45mn. A 3h00 un coup de sifflet signala le début de l’attaque, principalement axée sur la colline surplombant la rivière tenue par la Cie F dont les hommes battirent en retraite vers les positions de la Cie F. A l’aube les éléments encore organisés des 2 Cies refluaient vers Chinju.
De son côté la Barszcz et ses hommes reçurent l’ordre de se diriger vers la ville. En cours de route ils récupérèrent les survivants perdus et/ou blessés des Cies E, F, H et K.
 Au soir du 30, Rhea, à 6 Km de Chinju, avait parfaitement vu les Nord-Coréens se mettre en position sans pouvoir intervenir du fait d’une attaque programmée des Marines de la RC. L’attaque n’eut pas lieu cependant et les Nord-Coréens purent tranquillement se mettre en place.
Soutenu par ses mortiers et ses canons automoteurs le 15e RI de l’APC tenta de bousculer le 1/19 mais le relief difficile l’empêcha de mener à bien son assaut. Avant l’aube le régiment s’était replié vers le N-O.
 Dans la journée du 31le bataillon se repositionna à 16 Km à l’Est, le long de la passe de Chinju, sur la route de Masan, sans rencontrer l’ennemi.
A Chinju même Moore se prépara à évacuer la ville dès l’aube. A 6h les premiers coups de feu éclataient au N-O et 3 tanks et 3 canons automoteurs visaient des cibles américaines. A 6h40 Moore ordonna le départ du gros matériel. Quinze mn plus tard le 13e d’AdC, moins la batterie A, et la batterie B du 11e d’AdC partirent en direction de l’Est. Les mortiers et les mitrailleuses ennemis s’acharnaient sur la ville. Quelques snipers y avaient même pris position.

Canons automoteurs de 76mm utilisé par les Nord-Coréens
 
 De manière générale, bien que lente et laborieuse (réfugiés, charrettes en tous genres et soldats se pressaient ensemble sur la route), la retraite s’effectua en bon ordre. Le 2/19 se repositionna à Uiryong, le PC régimentaire à Chiryong-Ni, à une vingtaine de Km de Chinju, le 3/19 à Komam-Ni avant d’être rappelé dans les environs de Chinju. L’artillerie quant à elle vint soutenir le 1/19 à la passe de Chinju.
De son côté le 1/29 du Ltc Wilson basé à Sanchong (à plus de 30Km au S-E) dut précipitamment battre en retraite lorsque des centaines de réfugiés lui apprirent que Chinju était tombée et en flammes. A 17h le bataillon se mit en route pour Tansong où un lieutenant de la marine sud-coréenne lui apprit que les communistes n’étaient qu’à une dizaine de Km derrière lui. Les hommes se débarrassèrent alors de leurs effets personnel pour partir à travers les montagnes en direction de Haman (à plus de 50 km de Sanchong). A 6h00 le 1er Août ils étaient récupérés par un convoi américain.

Insigne du 29e RI
 Au soir du 31 juillet les Nord-Coréens pouvaient contempler avec fierté la réussite de leur manœuvre d’encerclement. Chinju était tombée. Leurs troupes étaient prêtes à se diriger vers Masan et de là vers Pusan, dernier bastion de la 8e Armée avant que celle-ci ne soit repoussée à la mer.
 

Sources : Roy E. Appleman : South to the Naktong, North to the Yalu, Center for Military Research
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:46 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com