Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (3e partie) Plein Sud

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ltc Taplett
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:45 (2007)    Sujet du message: Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (3e partie) Plein Sud Répondre en citant

II- Retraite vers le Naktong (3e partie) : Plein Sud
1- Yongdok et la côte Est
Pendant que se déroulaient les batailles de la rivière Kum et de Taejon, selon un axe Nord-Sud en partant de Séoul, la 5e DI de l’APC se dirigeait droit vers Yongdok, carrefour routier où une route transversale rejoignait la roue de la côte Est de la péninsule. C’est la 3e DI de l’ARC (Armée de la République de Corée) qui avait pour mission de tenir la ville.
Le 14 juillet les Sud-Coréens reculèrent devant les communistes et firent sauter 2 ponts, 2 passes et 2 tunnels entre Yonghae et Yongdok. Au même moment les navires américains bombardaient la route côtière pour la faire s’effondrer et retarder le plus possible l’avance de l’ennemi.
Le 17 juillet les Nord-Coréens avaient pris Yongdok. Trois semaines d’attaques et de contre-attaques allaient désormais opposer les 2 armées.
Le 18 juillet, soutenus par un puissant barrage d’artillerie navale et par de nombreux bombardements aériens, les troupes de l’ARC reprenaient la ville. Pour la perdre de nouveau le 19.
La seconde bataille pour Yongdok débuta le 21 juillet. Les destroyers Higbee, Mansfield, DeHaven et Swenson, ainsi que le croiseur britannique Belfast vinrent ajouter leurs forces à celles précédemment engagées. Le déluge de feu ainsi généré permit aux Sud-Coréens de reprendre la ville. Pour en être chassés le soir même. Des tirs de d’artillerie et de mortiers nord-coréens inhabituellement efficaces causèrent de nombreuses pertes aux soldats de l’ARC. La zone allant de Kunggu-Dong jusqu’à environ 2 Km au Nord de Yongdok n’était quant à elle plus qu’un vaste no man’s land ravagé.
Il est certain que les terrifiants tirs de saturations prodigués par la Navy empêchèrent l’APC d’exploiter ses succès ou même de tenter toute manœuvre de contournement. Les pertes nord-coréennes du fait de ces barrages furent considérables. On estime que le Juneau à lui seul aurait tué 400 hommes le 21 juillet. Selon des prisonniers l’artillerie aurait causé au moins 800 pertes pour la seule journée du 24.
Malgré cela, les communistes conservaient leurs positions à 3 / 4 Km au Sud de la ville.
Le 22e RI de l’ARC vint en renfort de la 3e DI, avec 500 hommes des troupes de marine et un bataillon du Génie. Le 27 juillet, à 8h30, s’engagea la 3e bataille de Yongdok. Elle dura sans discontinuer jusqu’à 18h le 2 août. A cette date l’ARC avait repoussé les forces d’invasion au Nord de la ville. Cette fois c’est 40% de la 5e DI qui avait souffert du pilonnage incessant de l’artillerie américaine selon certains prisonniers.
Dans la seconde moitié de juillet la bataille de Yongdok fut la seule qui réussi à l’ARC et ses alliés. La nature côtière du terrain et l’impressionnante puissance de feu déployée par les Américains expliquent en grande partie cet unique succès.
2- Andong et le Centre
 Après avoir traversé la Han supérieure, la 12e DI de l’APC se dirigea vers Andong en passant par Yongju. La 8e DI de l’ARC l’attaque antre ces 2 villes le 21 juillet, débutant ainsi une des plus sanglantes batailles de ce premier mois de combats.
 Bien que confrontée à la résistance obstinée de la 8e DI, la 12e DI reçut l’ordre du IIe Corps de capturer Pohang-Dong avant le 26 juillet, ordre sans doute motivé par l’échec de la 5e DI d’avancer aussi vite que prévu le long de la route côtière. Depuis le début de l’invasion le IIe Corps était critiqué pour sa lenteur, mais dans ce cas précis, l’objectif donné à la 12e DI était à peu près impossible à atteindre. Il y a environ 110 Km à vol d’oiseau entre Yongju et Pohang-Dong alors qu’après Andong la plus grande partie de la route s’avère n’être plus qu’une vague piste montagneuse,  accessible à pied ou en charrette uniquement. Arriver à bon port sans avoir à affronter l’ennemi aurait déjà relevé de l’exploit. De fait, la division dut reprendre les marches de jour, devenant ainsi la proie des attaques aériennes US. Malgré cela, et malgré la pression constante que lui infligeait la 8e DI, la division s’approchait chaque jour davantage d’Andong, clef du passage du Naktong supérieur.

Le Naktong à Andong
 La bataille pour Andong dura 5 jours. La ville tomba le 1er août. La 8e DI et la Division de la Capitale venue en renfort avaient chèrement payé leur résistance mais les Nord-Coréens plus encore. L’artillerie n’avait plus de munitions, 11 T-34s sur 30 avaient été détruits et plusieurs centaines d’hommes étaient hors de combat. Le commandant de la division lui-même avait été tué. Bien que constituée de vétérans l’Armée Populaire Chinoise la 12e DI avait tellement souffert qu’il lui fallut plusieurs jours pour se reposer et se reconstituer.

3- La 25e DI US à Sangju
 Placée sur le prochain axe de communication majeur à l’Ouest d’Andong se trouvait la ville de Sangju, carrefour de toutes les routes de montagne de cette partie de la Corée, à 70 Km au N-E de Taegu. Point de passage de nombreux réfugiés, la ville débordait d’une activité chaotique. Walker comptait sur la 25e DI pour épauler les troupes de l’ARC de Corée centrale afin d’empêcher la percée de l’APC vers la vallée du Naktong.

L'insigne de la 25e DI
 Le général Kean devait protéger 2 axes principaux menant à Sangju. Celui qui traversait le plateau de Mungyong par Hamchang (à 20 Km au Nord) et celui qui pénétrait la ville par l’Ouest.
Sur le 1er axe d’entrée se trouvait le 2/35 du Ltc Wilkins au N-O d’Hamchang, soutenu par une section du 78e Bataillon Blindé et par une batterie du 90e d’Artillerie de Campagne (AdC). La ligne de défense américaine était située derrière celle de l’ARC. Sur le 2e axe se trouvaient 2 puis plus tard 3 bataillons du 24e RI.
 Le 22 juillet l’APC attaqua et repoussa les forces sud-coréennes. Le 23, le 2/35 reçut l’ordre de se replier plus au Sud, à 8 Km au Nord de Sangju. Le 28 il dut se replier de 3 Km supplémentaires. Le 29, le bataillon était positionné au sud de la ville. Le 31, il tenait une position à 13 Km au Sud, sur la route de Kumchon. En 10 jours le 2/35 avait reculé de plus de 40 Km au fur et à mesure de l’effondrement du front sur ses flancs.
 
 Toujours le 22 juillet, à 30 Km au N-O de Sangju, le 2/24 US et le 17e RI ARC furent eux aussi pris à partie par les communistes. Après une retraite précipitée des Américains, le 17e RI put dès le 23 reprendre la situation en mainavant d’être rappelé vers Sangju 2 jours plus tard en vue d’être réorganisé.
Au sein du 24e RI, l’état général de panique ne cessa de croître, les hommes abandonnant armes et équipement avant de battre en retraite.
Le 26 juillet, le 24e RI s’était replié à 17 Km à l’Ouest de Sangju. De cette date au 31 juillet, les GIs affrontèrent quotidiennement les éléments avancés de la 15e DI de l’APC, aggravant davantage encore la panique ambiante. Le 30 le régiment était retranché sur les dernières positions défendables à l’Ouest de la ville. Devant la dégradation du moral des hommes Kean dut rappeler le 1/35 en renfort derrière le 24e . C’est lui qui protégea la retraite du 24e dans la nuit du 31 juillet. En tout le régiment avait subit 323 pertes :  27 morts, 293 blessés, 3 disparus.

Mitrailleuse de .30 cal en action
 Malgré la résistance de la 6e DI de l’ARC, tout le plateau de Mungyong était entre les mains des Nord-Coréens le 27 juillet, et ceux-ci s’approchaient de Hamchang. Il avait cependant subi au moins 5000 pertes dans sa conquête de la zone.
 En atteignant les premiers contreforts de la vallée du Naktong à la fin juillet la Corée du Nord avait gagné beaucoup de terrain mais l’avait chèrement payé. En atteignant Hamchang la 1e DI n’avait plus que 3000 hommes. La 15e DI avait elle aussi beaucoup enregistré de nombreuses pertes , principalement à cause de l’artillerie, et n’avait plus que 5000 combattants à mettre en ligne. De son côté, la 13e DI qui avait contourné Hamchang par l’Ouest n’avait en définitive que peu souffert de ses  rencontres avec le 2/35.

4- La 1e de Cavalerie perd Yongdong

L'insigne de la 1ère Division de Cavalerie
 Malgré l’apport de renforts avant qu’elle ne quitte le Japon la 1e Cav. du Major-General Hobart Gay débarqua en Corée dans le même état que ses sœurs : les régiments ne comptaient que 2 bataillons, les bataillons d’artillerie ne comptaient que 2 batteries et une seule compagnie de chars légers M-24 était en soutien.
La mission de la 1e Cav. était de maintenir l’axe Taejon-Taeju ouvert et surtout de protéger Yongdong sur ses arrières car vitale pour son ravitaillement. Malgré les réticences du Brigadier-General Palmer, commandant de l’artillerie divisionnaire ainsi que du 5e et du 8e Cav., l’Etat-Major ordonna de positionner le 1/8 au N-O de la ville, le long de la route Taejon-Taegu et le 2/8 à 4 Km au S-O, le long de l’axe Chosan-Kumsan. Ainsi situés les 2 bataillons pouvaient facilement être encerclés sans pouvoir se soutenir mutuellement. Le 5e Cav. fut quant à lui déployé sur les hauteurs à l’Est de la ville.
 La 3e DI de l’APC fit une courte pause après la capture de Taejon avant de se remettre en route dès le 22 juillet. Le lendemain matin le 1/8 Cav. rapportait avoir détruit 3 tanks au bazooka de 3.5 pouces.

Bazooka de 3.5 pouces en action
Cette escarmouche prouvait que l’ennemi se rapprochait. Le 7e et le 9e RI de l’APC partirent à l’assaut au S-O de la ville, encerclant le 2/8, pendant que le reste des unités attaquait frontalement le 1/8 au N-O. Le 24, 4 tentatives de désengagement menées avec 3 chars légers échouèrent. Palmer envoya à la rescousse le 1/5 et la 16e Cie de Reconnaissance. A midi l’ennemi attaquait le 99e et le 61e d’AdC qui soutenaient le 2/8. La pénétration des lignes s’était faite en profondeur. Au N-O le soutien des pièces de 50 et 37mm sur affût quadruple du 92e  bataillon Anti-Aérien (AA) et les tirs de barrage du 77e d’AdC permirent au 1/8 de repousser tous les assauts ennemis.
Au matin du 25 l’infiltration nord-coréenne était tellement importante que les GIs durent abandonner leurs positions, couverts par la Cie de mortiers lourds et le 77e d’AdC. Le 1/5 du Ltc Kane put ainsi se replier en bon ordre. Les hommes de la Cie de mortiers lourds durent cependant abandonner leurs pièces et se battre en tant que fantassin pour assurer leur retraite.  Au S-O, une contre-attaque du bataillon, soutenue par l’artillerie, ouvrit une brèche dans le dans le barrage ennemi vers 4h30.  Le gros du 2/5 put s’enfuir vers Yongdong, à l’exception de la Cie F, de la 16e Cie de Reconnaissance et de la 1e section de la Cie A du 71e Bataillon de Chars. Quatre tanks seulement sur 11 parvinrent à percer. Le reste des équipages abandonnèrent leurs blindés et se joignirent aux fantassins qui partaient pour une marche de 2 jours à travers les collines avant de rejoindre les lignes amies.

La 1e Division de Cavalerie à Yongdong
 Le 25 juillet à 20h00 une unité avancée de la 3e DI de l’APC pénétrait à Yongdong. La division avait subi près de 2000 pertes, la majorité dûe à l’artillerie. Elles possédait désormais environ 5000 combattants, soit la moitié de ses forces initiales.
5- Baptême du feu pour le 27e RI
 La 2e DI nord-coréenne était arrivée trop tard pour participer aux combats de Taejon. Elle se dirigea donc immédiatement vers Poun, dernier point de résistance possible avant qu’elle n’atteigne Hwanggan, à 16 Km à l’Est de Yongdong, en plein sur la ligne de ravitaillement de la 1e Cav.
 Après de multiples ordres et contre-ordres, caractéristiques de l’utilisation en urgence de ses troupes par Walker pour faire face aux urgences lors de la défense du périmètre de Pusan, le 27e RI (25e DI US) se rassembla à Hwanggan dans la nuit du 22 au 23 juillet. Sa mission était de relever les troupes décimées de l’ARC qui battaient en retraite le long de la route de Poun.
Le matin du 23, le Ltc Check du 1/27 mit son baaillon en position près de Sangyong-Ni, au sud de Poun. Protégés par le brouillard les Nord-Coréens attaquèrent le 1/27 au matin du 24. Deux compagnies avancées purent bloquer l’avancée e l’infanterie mais pas celle des T-34s qui pénétrèrent le PC du bataillon et causèrent plusieurs victimes et de nombreux dégâts. L’appel de Check pour un soutien aérien avait cependant été entendu et les F-80s détruisirent rapidement 3 tanks. Au total la 2e DI perdra 6 de ses 8 tanks.
Le bataillon se dégagea néanmoins dans la soirée, derrière le /27. Check et le colonel Michaelis, commandant du régiment, craignaient en effet que le 1/27 ne fût encerclé s’il était resté sur ses positions. Apparemment cette manœuvre se passa à l’insu des Nord-Coréens car le lendemain matin ils tentèrent d’envelopper les anciennes positions du 1/27 pour se trouver face à celles du 2/27 du Major March. Les 2 bataillons engagés durent se retirer après avoir durement subi les conséquences de leur malheureuse tentative.
Malgré cela la division maintint sa pression et dans l’après-midi certains éléments avancés s’attaquaient au flanc du régiment. Michaelis ordonna le repli à 22h00 pour de nouvelles positions en hauteur près de Hwaggan. Le lendemain le 1/35 s’installa sur le flanc droit du 27e RI, soulageant ainsi sa position précaire.
 Cependant, le 27, l’ennemi profita de l’écart existant entre entre la Cie C du 1/27 et le 7/1 Cav. pour lancer une nouvelle offensive. La Cie C perdit puis reprit 3 fois la même crête dans la journée. Au matin du 28 l’APC avait forcé les lignes du 1/27 et la Cie C, désormais réduite à 60 hommes, devait se replier.
 Avant l’aube du 29 juillet, le 1/27 se replia au travers de la 1e Cav.  à 1.5 Km à l’Est de Kumchon. Dans l’après-midi Michaelis déplaça ses hommes en réserve à Waegwan, sur le Naktong, près de Taegu.
 En 5 jours lee 27e RI avait perdu 53 tués, 221 blessés et 49 disparus. Les pertes de la 2e DI de l’APC pour la même période sont estimés à près de 3000 hommes.

 
6- Retraite de la 1e Cav.
 Sans raisons précises le PC du 7/1e Cav et son 2e bataillon paniquèrent dans la nuit du 25 au 26 juillet, abandonnant leurs positions à l’ouest de Kumchon et leur matériel (dont une partie fut récupérée le lendemain).
Cette même nuit le 7e Régiment de la 3e DI de l’APC attaquait sans succès les troupes de la 1e Cav placées à l’est de Yongdong.
Des patrouilles reportèrent à Gay que l’ennemi tournait son flanc gauche en direction de Chirye. Sur le flanc droit, la résistance du 27e RI était soumise à rude épreuve. Gay estima que bien que sa division n’était pas directement sous la pression de l’APC il ne pouvait courir le risque de se voir coupé de Taegu. Il ordonna donc un repli vers Kumchon le 29 juillet, après celui du 27e RI.

Batterie B / 61e d'Artillerie de Campagne / 1e Division de Cavalerie
Le mouvement de flanc des communistes vers Chirye menaçait les arrières de la division. L’Etat-Major envoya donc le 3/21 en renfort, à 17 Km au S-O de Kumchon, près de Hawan-Ni.
Le 30 juillet Gay envoya le 1/5 (1e Cav), le 3/21 et le 99e d’AdC à Chirye. Cette force put pénétrer la ville mais les hauteurs avoisinantes restaient aux mains de l’ennemi. Le lendemain les Nord-Coréens bombardèrent la ville et forcèrent les Américains à se replier au N-E.
Le 31 juillet la 3e DI de l’APC se rapprocha de Kumchon. Au petit matin, une de ses sections infiltra le PC du 8e Bataillon du Génie (à 1000m de celui de la 1e Cav.) tuant 4 hommes et en blessant 6 autres. Le 7e RI (Cav.) fut lui aussi attaqué. Ce faisant, les Nord-Coréens exposèrent cependant leurs blindés aux feu de l’artillerie et de l’aviation. Près de 20 tanks furent reportés détruits ce jour-là.
 En 10 jours la 1e Cav. avait perdu 916 hommes (78 tués, 419 blessés, 419 disparus). Dans le même temps la 3e DI de l’APC en avait perdu 2000 mais dans les faits elle avait contraint l’ennemi à reculer vers le Naktong. Elle recevra à cet égard le tire de « Division de la Garde ».

L'avance nord-coréenne de juillet 1950

Sources : Roy E. Appleman : South to the Naktong, North to the Yalu, Center of Military History
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:45 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com