Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (2e partie) La chute de Taejon

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ltc Taplett
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:45 (2007)    Sujet du message: Guerre de Corée (2) : Retraite vers le Naktong (2e partie) La chute de Taejon Répondre en citant

II- Retraite vers le Naktong (2ième partie) : La chute de Taejon
1- La chute de Taejon : Jour 1
 Le 18 juillet, le 1er de Cavalerie et la 25e DI avaient débarqué en Corée. Walker demanda à Dean de tenir Taejon au moins jusqu’au 20, le temps de pouvoir faire monter le 1er de Cavalerie en première ligne. Mais les 3 régiments de Dean se trouvaient tous dans le même état : fatigués, démoralisés, ayant tous subis de lourdes pertes, humaines et en matériel. Et c’est avec ces fantômes de régiments qu’il devait défendre la ville toute en longueur de Taejon, à 200 Km à vol d’oiseau de Pusan et à 150 Km de Seoul.
En face de la ville, la 3e DI de l’APC était la plus proche et la menaçait par le Nord-Ouest. La 4e DI se trouvait quant à elle positionnée au Nord-Ouest et à l’Ouest, à même de se joindre à la 3e DI pour un assaut frontal ou de tenter un mouvement flanquant par le Sud ou par l’Est.

Vue aérienne de Taejon
Dans l’après-midi du 17 juillet, le 34e RI, commandé par le nouvellement arrivé colonel Beauchamps, tenait toute la ligne de défense Nord et Ouest de Taejon. Beauchamps installa son PC sur l’aérodrome local où Dean avait regroupé ce qui restait de son artillerie divisionnaire (sauf les 155mm). Une section de I/34 faisait barrage à 4 Km au Nord, la 24e Cie de reconnaissance se trouvait à Kumsan (SSE), une section de L/34 tenait la route de Nonsan au niveau du pont de la rivière Kapchon (OSO), le 1/34 protégeait l’aérodrome sur la côte 138 (Ouest), la Cie B en avant-poste. Le 3/34 se trouvait positionné entre l’aérodrome et la ville. Le 21e RI était situé à 10 Km à l’Est de Taejon, au niveau d’Okchon.
Le 18, Dean rappela la batterie B du 13e d’Artillerie de Campagne d’Okchon pour protéger l’aérodrome et fit rappeler d’urgence le 2/19 de Yongdong où le régiment était en train de se reconstituer. Il commit aussi une des erreurs majeures de la bataille : demander le rattachement de la Cie de Reconnaissance au 34e RI. Ce faisant il pensait assurer une information complète et rapide de la situation au Sud à Beauchamps. Il n’avait pas imaginé que la Division enverrait la Cie directement à Taejon même.
 
L’attaque débuta au matin du 19 juillet, par une attaque aérienne nord-coréenne. Une escadrille de 6 Yaks bombarda le pont de chemin de fer et mitrailla l’aérodrome. Les avions purent rejoindre leur base mais la Batterie A du 26e Anti-Aérien en abattra 2 un peu plus tard dans la journée. A 10h, la Cie de Reconnaissance était arrivée. Envoyée par Beauchamps sur la route de Nonsan elle fut prise entre 2 feux à 4 Km à l’ouest de la Kapchon. Elle fit alors demi-tour et se joignit aux hommes de la Cie L qui rejoignaient leur section avancée. L’attaque se mit alors réellement en route.
Vers 13h le 2/19e du colonel Mc Grail, fut envoyé à la rescousse de L/34 dès son arrivée à Taejon. Là Mc Grail put observer Dean en train de personnellement diriger le feu de 2 de ses blindés. L’intervention du 2/19 permit de reprendre le contrôle de la situation. Mais une fois installé, il restait encore près de 2 Km de terrain non défendu entre ses positions et le flanc gauche du 1/34, plus au Nord.
 Au même moment B/34 était violemment prise à partie autour de Yusong. L’ennemi parvint même à encercler 2 sections.  De son poste d’observation, le Lt-colonel Ayres fit intervenir l’aviation et donna l’ordre à la Cie de décrocher dans la soirée.
 A partir de 10h les Nord-Coréens déclenchèrent des tirs de contre-batterie sur l’aérodrome qui s’intensifièrent tout au long de la journée.


 A 14h, pressentant une attaque majeure, Ayres demanda à Beauchamps l’autorisation de replier son bataillon. Pensant pouvoir maintenir l’ennemi hors de Taejon pendant encore au moins une journée, ce dernier refusa. Après la tombée de la nuit cependant, Beauchamps déplaça son PC au cœur de la ville. L’Artillerie fut déplacée vers à la pointe Sud de la cité.
 Vers 22h Ayres entendit des moteurs de blindés sur sa droite. Il envoya une patrouille en reconnaissance. Elle ne revint jamais. Ayres appela Beauchamps pour le prévenir d’un possible enveloppement et recommanda la retraite.
Avant minuit, le PC du 34e RI fut informé de mouvements ennemis à 10 Km au Sud de Taejon, le long de la route de Kumsan. Une patrouille envoyée en reconnaissance fut massacrée. A 3h, on apprit qu’une jeep avait été prise en embuscade sur la route d’Okchon.
 Il semblait évident que l’ennemi tentait d’encercler la ville mais pour une raison inconnue il semble que Dean n’ait pas été mis au courant de ces incidents hormis celui de la jeep autour d’Okchon mais qu’il attribua à une patrouille infiltrée.
2- La chute de Taejon : Jour 2
Vers 3h le poste d’observation avancé du 1/34 fut débordé par le 5/4e DI. Le front du 1/34 s’enflamma peu après. L’attaque (blindés + infanterie) s’avança des 2 côtés de la route principale et commença à s’en prendre au flanc droit du bataillon, simultanément attaqué par le Nord. Les positions des sections de mortiers furent pénétrées derrière les lignes de fantassins et à 4h le PC du bataillon était à son tour mitraillé. Ayres ne put établir le contact avec ses Cies de front. Il prévint le PC régimentaire de la situation et les 200 hommes de la Cie de mortiers lourds, de la Cie de mitrailleuses et le personnel du PC se replièrent vers le Sud peu avant l’aube.
Inquiet des rapports indiquant la pénétration de la ligne de défense (l’ennemi avait été signalé sur la route de l’aérodrome), Beauchamps envoya le 3/34 combler la brêche existante entre le 2/19 et le 1/34. Les Cies K et M partirent en tête avant d’être arrêtées sur la route de l’aérodrome par 6 blindés et un bataillon d’infanterie et de retourner sur leurs bases de départ. Sur la crête surplombant l’aérodrome à l’Est, le reste du bataillon ne fut pas inquiété de la matinée, en dehors de quelques tirs de mortier et d’artillerie.
A Taejon, Dean n’avait pas été mis au courant de la retraite du 1/34 et de son côté Beauchamps ignorait celle des Cies K et M. De leur point de vue, la situation était maîtrisée.
Du côté du 2/19, malgré de fausses rumeurs de débordement, la Cie E tenait toujours sa ligne. La Cie F quant à elle avait reculé à l’aube d’environ 200 mètres sous la pression ennemie.
Peu avant midi, après avoir été informé par le colonel Mc Grail que la route de Nonsan était bloquée par des blindés ennemis, le 1/34 se regroupa sur les hauteurs situées au sud de Taejon.
Mc Grail envoya la Cie G du sous-lieutenant Herbert dégager le carrefour Nonsan/aérodrome. Celui-ci persuada une Cie de bazooka rencontrée en route de l’accompagner avant de faire la jonction avec l’escouade renforcée du lieutenant Little. Les seuls tanks présents étaient hors de combat, la route était donc libre.
Ayant appris que le 1/34 avait battu en retraite et voyant sa Cie F céder peu à peu du terrain, Mc Grail pensait que la route de Taejon était coupée et l’ennemi déjà en ville. Parti se renseigner, le capitaine Montascleros y reçut les nouveaux ordres du bataillon : Se positionner à la périphérie Ouest de la ville. A son retour, il trouva le PC du bataillon déserté. Mc Grail avait décidé de se repositionner sur les hauteurs au sud de la route de Nonsan, donc au sud de Taejon.
A 13h, qu’elles aient été battues ou qu’elles se soient repositionnées ailleurs, plus aucune unité américaine ne protégeait l’Ouest de la ville.
Les 1ers tanks ennemis avaient atteint la périphérie de la ville par le Nord-Ouest avant l’aube. Peu après 2 blindés pénétrèrent en ville, larguant au passage quelques snipers, et s’attaquèrent à la cuisine régimentaire et aux services d’entretien des véhicules du 34e et du 19e RI, tuant plusieurs soldats et détruisant plusieurs véhicules. Ils finirent par être eux-êmes détruits par les bazooka de la 24e Cie de Reconnaissance après une course-poursuite en ville.
Réveillé par le son des tirs de fusils à 5h30, Dean lui-même et 2 porteurs de bazookas (les nouveaux 3.5mm) se mit en chasse d’un tank isolé qui était passé près du PC du 34e RI sans parvenir à le rattraper.
 A 9h cependant, 4 des 5 tanks reportés ayant pénétré la ville étaient hors de combat. La ville aux nombreuses habitations de bois avait commencé à brûler. Survolté, Dean continua la chasse et finit (avec son équipe et quelques soldats) par en détruire un presque à bout portant aux alentours de 14h, ce qui lui aurait fit dire la phrase souvent citée : « Je me suis fait un tank » (« I got me a tank »). Cette attitude, destinée à inspirer ses hommes et à les transformer en « tueurs de chars » lui sera plus tard reprochée par certains car impropre à celle qui convient à un général de division. Dans la journée 10 blindés ennemis furent détruits à Taejon, 8 au bazooka, 2 par l’artillerie. A ces chiffres s’ajoutent ceux plus difficiles à estimer (autour d’une quinzaine) de ceux détruits par la 5e Air Force.

Blindé nord-coréen hors de combat. L'inscription sur la tourelle dit : Détruit le 20 juillet 50 sous la supervision du Maj. Gen. W. F. Dean
Bizarrement, Dean et Beauchamps étaient toujours persuadés que leurs hommes défendaient leurs positions au Nord et à l’Ouest de la ville alors qu’ils étaient dispersés dans les collines. A part quelques snipers disséminés, Taejon était relativement calme. Les 2 officiers décidèrent cependant de hâter le départ des troupes avant la nuit comme prévu initialement. Les communications étant coupées, Beauchamps envoya des messagers transmettre ses ordres au 1/34 et au 2/19. Les messagers n’arrivèrent jamais à destination sans que Beauchamps en fut informé. Les autres unités reçurent leurs ordres vers 15h. L’ordre de départ était : 3/34, Artillerie, Cie Médicale, PC du 34, 2/19 et 1/34.
Vers 15h30-16h, Dean rencontra la Cie P de la Cie blindée du 1e de Cavalerie. Ceux-ci étaient venus sur la demande du 34e RI pour escorter la retraite de véhicules administratifs. Du coup ils prirent la tête de la colonne.
Un évènement qui, s’il avait été correctement interprété aurait dû alarmer Dean et ses officiers, se produisit autour de midi. Un appel urgent de l’artillerie reportant une grande colonne de troupes s’approchant par l’Est fut interprétée par Beauchamp comme le 21e RI s’approchant de Taejon par la route d’Okchon pour couvrir la retraite. Il s’agissait en fait de Nord-Coréens s’approchant par la route de Kumsan (au Sud-Est). Cette colonne fut repérée par Ayres. Il transféra son commandement au major Dunham avec pour instructions de bloquer la route Kumsan 5 Km plus loin afin de protéger les arrières de la ville. Puis avec quelques hommes il partit vers Taejon pour prévenir Dean. A 400 mètres de la route le petit groupe fut attaqué et seuls 4 hommes purent en réchapper dont Ayres. Quant aux 150 hommes de Dunham, il furent attaqués à quelques Km au Sud de la ville. Dunham fut tué et les survivants s’enfuirent vers l’Ouest en direction de Masu-Ri. Malheureusement aucun de ces 2 incidents ne fut porté à la connaissance de Dean et de Beauchamps.

Mitrailleuse du 34e RI vers Yusong, devant la rivière Kapchon
L’ennemi avait donc mis en œuvre sa tactique habituelle : Pression au centre, enveloppement par les flancs. Au Sud-Ouest, le sous-lieutenant Herbert et ses hommes étaient attaqués au mortier par un bataillon complet. Tentant de persuader une batterie d’obusiers de se tourner dans sa direction il lui fut répondu que seul l’officier exécutif du bataillon pouvait donner un tel ordre. Un messager envoyé au centre-ville pour de nouvelles instructions revint avec 50 hommes du Lieutenant Wygal et l’ordre de tenir jusqu’à l ‘évacuation de l’artillerie. Dean pouvait observer la situation et l’estima favorable aux Américains. Il croyait cependant que c’était tout le 2/19 de Mc Grail qui se battait au lieu d’une simple Cie ! Lorsqu’il revint au PC du 34e vers 17h Dean s’aperçut que Beauchamps n’avait pas donné de nouvelles depuis plus de 2 heures. Il crut qu’il était allé personnellement voir Ayres, qu’il imaginait toujours sur ses positions initiales. En fait Beauchamps était allé en reconnaissance sur la route d’Okchon (la route prévue pour la retraite) pour s’apercevoir que l’ennemi avait déjà contourné la ville. Il regroupa quelques blindés et quelques half-tracks portant des canons anti-aériens de 50mm pour les positionner à une passe située à 6 km à l’Est pour défendre ce point critique de la retraite. Beauchamps se hâta par la suite vers Okchon pour rameuter le 21e RI en couverture. En appelant le PC régimentaire du 21e depuis celui du 1/21, il fut accueilli par le général Menoher (Cdt de la 24e DI) qui lui donna l’ordre de venir à Okchon faire son rapport. Cela aussi se fit à l’insu de Dean.
A 17h, Dean ordonna au colonel Wadlington, officier exécutif du régiment, de conduire la retraite. Celui-ci rappela la 3e section de la 24e Cie de Reconnaissance, située à quelques Km au sud, le long de la route de Kumsan et un peu  au nord du barrage ennemi repéré durant la nuit. L’ennemi n’avait pas jugé utile d’attaquer cette patrouille, dissimulant ainsi au 34e l’importance de la menace qui pesait sur ses arrières.
La Cie L/34 du capitaine Smith reçut l’ordre d’établir un périmètre de défense autour des bases de départ et d’apporter son soutien à une tentative de récupération d’obusiers de 155mm abandonnés par leurs servants, ceux-là même qui avaient refusé de soutenir Herbert un peu plus tôt. Cette tentative menée par le major Mc Daniel permit d’en récupérer une partie, le manque de moyens de traction l’obligeant à détruire l’autre.
A cette heure le PC apprit que des armes légères tiraient sur la queue du 1er convoi en partance et que le Sud-Est de Taejon était bloqué et en train de brûler.
En ville, les tirs s’étaient considérablement intensifiés. Smith reporta des colonnes ennemies en approche depuis l’aéroport et entama un combat d’arrière-garde. Dean lui demanda de tenir au moins 45mn avant de décrocher.
3- La chute de Taejon : Retraite

La bataille de Taejon
A 18h le convoi se mit en route et commença à traverser la ville en flammes. Wadlington était en tête, Mc Daniel en arrière-garde. Après avoir été stoppé par un barrage le long d’une avenue, le convoi repartit mais Wadlington, incapable de dépasser les camions avec sa jeep s’embarqua dans une série de mésaventures (culs de sacs, retraite coupée par les tirs ennemis) alors qu’il tentait de les contourner en empruntant ce qui ne devait être qu’un simple détour. Après s’être retrouvés bloqués dans une cour d’école à l’est de la ville Wadlington et ses hommes détruisirent leur jeep et partirent en direction des montagnes.
Soumis au tir incessant des snipers le convoi poursuivit sa route. Un camion de 2,5t s’écrasa dans un building, bloquant les autres véhicules. La 1ère partie du convoi tourna au mauvais endroit et finit dans la même cour d’école que Wadlington. Les 50 véhicules en question furent abandonnés et les 125 hommes partirent dans les collines, menés par un commandant d’artillerie. Durant la nuit ils furent séparés en plusieurs groupes, certains atteignant les lignes amies au matin, les autres n’étant jamais revus.
Le reste du convoi reprit la route d’Okchon mais le véhicule de Dean et une jeep d’escorte ratèrent une intersection. Incapables de revenir en arrière du fait des tirs ennemis, le général et ses quelques hommes continuèrent sur la route de Kumsan.
A la sortie de la ville le convoi fut pris sous le feu des mortiers nord-coréens. Rapidement, les véhicules de tête furent immobilisés. Les hommes, pris sous le feu croisé des mitrailleuses, se mirent à couvert dans les fossés bordant la route.  Les fantassins ennemis surgirent alors des rizières et se mirent à tirer sur la colonne de véhicules dont plusieurs commencèrent à prendre feu. Incapables de faire repartir le convoi, les GI’s mirent le feu au reste de leurs véhicules et partirent vers les collines au  Nord. La station médicale du 1/21 près d’Okchon épuisa ses réserves d’équipement médical durant la nuit au fur et à mesure que les rescapés atteignaient les lignes amies. De nombreux soldats (dont le colonel Wadlington) finirent par rejoindre la 24e DI à Yongdong ( à 30 Km à l’Est d’Okchon) entre le 22 et le 23 juillet.
Durant ce désastre, le 21e RI resta tranquillement positionnés sur leurs collines, à quelques Km seulement. Lorsque l’Etat-Major apprit ce qui se passait sur la route qui quittait Taejon, il était déjà trop tard pour faire déplacer le régiment dans le but de porter secours à leurs camarades. L’ordre aurait eu plus de 12h de retard. Au matin du 21 juillet, un régiment ennemi fut repéré à 3Km à l’Ouest du 21e. Peu de temps après, les 1ers tirs d’armes automatiques se faisaient entendre. Le 21e RI et le 52e d’Artillerie de Campagne se mirent en route vers 11h, le Génie détruisant le dernier pont traversant la Kum à l’est d’Okchon. Le régiment parvint à se dégager vers des positions préétablies à 6 Km à au Nord-Ouest de Yongdong.
Dean ne fut pas le seul à rater l’intersection qui menait vers Kumsan. De nombreux véhicules en firent autant, dont ceux du capitaine Smith qui avait décroché après avoir tenu son périmètre aussi longtemps que possible. Les véhicules en question furent harcelés pendant plusieurs Km mais Smith parvint à dégager l’ensemble de ses hommes vers Kumsan, Anui, et Chinju. Là il dispatcha les blessés vers Pusan et partit vers Taegu avec les valides où il rejoignit certains éléments du 3/34 qui s’étaient échappés. Le 23 juillet à Taegu, Wadlington parvint à regrouper environ 300 hommes valides.
Quant au général Dean, ses mésaventures allaient tourner au cauchemar. Quelques Km après avoir quitté la ville il chargea des blessés rencontrés au bord de la route. Peu après, les véhicules furent stoppés par un barrage qui força les hommes à débarquer et à se cacher dans les champs environnants.  A la nuit tombée le petit groupe traversa la rivière vers l’Ouest au Sud de Nangwol. Durant la nuit, en tentant d’aller chercher de l’eau pendant une pause, Dean glissa le long d’une pente raide et se retrouva assommé. Menés par le lieutenant Clarke, les hommes ne purent le retrouver et reprirent la route. A son réveil, Dean était blessé à la tête, souffrait d’une épaule cassée et de multiples contusions. Il erra dans les collines en tentant de rejoindre les lignes amies pendant 36 jours, au moment où l’avance nord-coréenne était aussi rapide que la sienne.  Le 25 août, trahi par 2 paysans, il fut livré à l’ennemi à Chinan, à 55 Km au sud de Taejon. Dean ne pesait alors plus que 65 Kg au lieu de 95. Il passera alors 3 ans en captivité, devenant ainsi l’officier le plus haut gradé capturé par les communistes de toute la guerre, avant d’être libéré le 4 septembre 1953. Il recevra à ce titre la médaille d'honneur du Congrès. http://www.cmohs.org/medal/history_links/w_dean.htm

Le Major-General William F. Dean
Les hommes du 1/34 et du 2/19, chassés de leurs positions à l’Ouest avant de se replier vers le Sud purent dans leur grande majorité s’échapper et rejoindre leurs unités entre le 21 et le 22 juillet.

4- La chute de Taejon : Bilan
 Taejon peut être considéré comme une victoire majeure pour les Nord-Coréens, bien que 2 divisions pour partie équipées de tanks se soient opposées à seulement 4000 hommes. Il semble que la manœuvre d’enveloppement de la ville soit essentiellement à porter au crédit des 16 et 18e régiments de la 4e DI. Ce sont la 3e DI et le 5e RI de la 4e Division qui menèrent l’assaut frontal contre Taejon, la 3e DI investissant la ville en fin d’après-midi. Les blindés mis en action durant cette bataille appartenaient au 107e et 203e Régiment Blindé et à la 108e Division Blindée.
 Il est difficile d’estimer les pertes les pertes nord-coréennes. Il semble que l’infanterie n’ait que peu souffert. Les blindés et l’artillerie par contre furent plus sérieusement touchés par les combats : 15 canons de 76mm, 6 mortiers de 122mm et 200 servants furent détruits/tués. Les pertes de tanks sont estimées entre 15 et plus d’une vingtaine.
 Des 3933 hommes au feu les 19 et 20 juillet, 1150 furent recensés comme pertes (tué/blessés/disparus) après les combats soit près de 30%. Des Cies de voltigeurs, la Cie L du 34e RI (celle d’arrière-garde) eut même à supporter 107 pertes sur un effectif initial de 153 (70%).
La perte en équipement fut toute aussi sévère. A peu près tout l’équipement organique de soutien des troupes avait disparu, à part la batterie B du 13e d’Artillerie de Campagne. Le Train de la 24e DI avait perdu 30 de ses 34 véhicules, la batterie A du 11e d’AdC 5 de ses canons de 155mm.
En 17 jours, 2 divisions ennemies l’avait fait reculer de plus de 160 Km vers le Sud-Est. Durant cette période, elle avait perdu près de 30% de ses effectifs, 2400 hommes étaient portés disparus. Les pertes en officiers supérieurs avaient été anormalement élevées et son commandant était lui aussi porté disparu. Dean sera remplacé par le Major-General John H. Church. La division avait aussi perdu la plus grande part de son équipement.
Les hommes de la 24e Division avait eu à souffrir de nombreux handicaps. Leurs officiers étaient souvent nouveaux, les communications étaient catastrophiques (terrain, distance, manque de câbles et batteries hors d’usage). Les munitions furent souvent rationnées, particulièrement les obus de mortiers de 60mm, 80mm et de 4.2 pouces. Les cartes dataient des derniers relevés japonais de 1918/32, rendant l’artillerie à peu près inefficace en l’absence d’observateur apte à guider ses tirs. La discipline de route et l’entretien des véhicules étaient faibles. La dysenterie affecta jusqu’à 25% de l’effectif.
De manière générale les hommes n’étaient ni entraînés, ni équipés ni tout simplement prêts pour aller au combat.
Le 22 juillet, le transfert entre la 24e DI et le 1er de Cavalerie était effectué à Yongdong. Il ne restait que 8660 hommes à la 24e DI. Mais désormais, elle ne se battrait plus seule.
Sources :
Roy E. Appleman : North to the Naktong, South to the Yalu, Center fot Military Research
Max Hastings : The Korean War, Pan Books
John Toland : In mortal combat - Korea 1950-1953; Quill
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Oct - 19:45 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> HISTOIRE, BIBLIOGRAPHIE ET REVUE DE PRESSE -> Histoire de la Guerre de Corée (Hors BF/ONU) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com