Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  French Battalion in the Korean War  Index du Forum

Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War
Forum de l'association "Crèvecoeur", Association "Loi 1901" de reconstitution historique sur Le bataillon Français de l'Onu en Corée.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 A la une: 
L'association CREVECOEUR est désormais labellisée par le Service Historique du Ministère de La Défense,  reconnu pour son authenticité et sa véracité lors de ses reconstitutions historiques, ayant pour thème le Bataillon Français de l'ONU en Corée.
Une arme terrifiante : Le napalm

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE MATERIEL UTILISE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
stan_hudson
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Avr - 18:44 (2008)    Sujet du message: Une arme terrifiante : Le napalm Répondre en citant


 


 

 
Le Napalm, inventé en 1942, est une substance basée sur de l'essence. Il est habituellement utilisé comme bombe incendiaire. Sa formule est faite pour brûler à une température précise et coller aux objets et aux personnes. En 1980, son usage contre les populations civiles a été interdit par une convention des Nations unies.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, autant les Alliés que l'Allemagne utilisèrent l'essence comme une arme dans les lance-flammes mais elle avait le défaut de brûler trop vite pour être un dispositif incendiaire efficace.
Le napalm fut inventé à l'université Harvard en 1942 pour utilisation dans des bombes et les lance-flammes. La réaction chimique est modérée par une poudre de palmitate de sodium (d'où NaPalm) ou d'aluminium, formant une substance semblable à du savon. La quantité relative de poudre change les propriétés incendiaires, et diffère entre les lance-flammes et les bombes.
Un gel aux propriétés incendiaires améliorées, le napalm-B, fut introduit pour rendre le napalm moins dangereux à manipuler et plus précis et contrôlable en brûlant. Le napalm-B ne contient aucun des éléments originaux duquel le nom est dérivé, mais utilise le benzène et le polystyrène pour solidifier l'essence. Il est reconnaissable à l'odeur particulière produite par sa combustion.
Le napalm fut utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale (pour la première fois par un P-38 à Coutances). La première grande opération l'utilisant en Europe fut contre la ville de Royan.
La première utilisation du napalm en Indochine par les Français a eu lieu le 17 janvier 1951, lors de la bataille de Vinh Yen, dans le but de stopper l'attaque des soldats viet-minh. Les forces des États-Unis d'Amérique l'employèrent également durant les guerres de Corée et du Viêt Nam.
Son utilisation provoqua un débat majeur pendant la guerre du Vietnam, attisé par des photos insoutenables d’enfants qui couraient nus sur les routes, leur peau partant en lambeaux... Une quantité encore plus grande de napalm fut néanmoins larguée sur la Corée, dont l’effet fut beaucoup plus dévastateur, car la République populaire démocratique de Corée (RPDC) comptait bien plus de villes peuplées que le Nord-Vietnam.
En 2003, un certain Bruce Cumings (Professeur d’histoire à l’université de Chicago ) participa à une conférence aux côtés d’anciens combattants américains de la guerre de Corée. Lors d’une discussion à propos du napalm, un survivant de la bataille du Réservoir de Changjin (Chosin, en japonais), qui avait perdu un œil et une partie de la jambe, lui affirma que cette arme était bel et bien ignoble, mais qu’elle « tombait sur les bonnes personnes ».
Les bonnes personnes ? Comme lorsqu’un bombardement toucha par erreur une douzaine de soldats américains : « Tout autour de moi, les hommes étaient brûlés. Ils se roulaient dans la neige. Des hommes que je connaissais, avec qui j’avais marché et combattu, me suppliaient de leur tirer dessus... C’était terrible. Quand le napalm avait complètement brûlé la peau, elle se détachait en lambeaux du visage, des bras, des jambes... comme des chips de pommes de terre frites

L'avantage, ou l'inconvénient du napalm ( ça dépend si on est celui qui s'en sert ou celui qui l'a reçu) est qu'il coule en feu en collant à tout, s'infiltre partout et transmet une chaleur épouvantable , si on l'a sur soi, on ne peut pas s'en débarrasser et tous les mouvements que l'on fait ne font que le propager encore plus. Sur la peau celle-ci est brûlée immédiatement au 2è degré et la combustion brûle tout l'oxygène environnant si bien qu'on meurt irrémédiablement, soit par asphyxie soit par brûlure soit les deux parce que même mort, on continue à brûler
Lorsqu'un char reçoit du napalm celui -ci rentre partout et met le feu partout , la chaleur brûle et asphyxie l'équipage, fait exploser le carburant et les munitions.
De plus le napalm a l'avantage d'être moins onéreux qu'un obus et son efficacité est toujours certaine.
C'est une des armes les plus horrible que l'homme est inventé.

 
En plus de sa puissance létale, l'impact psychologique provoqué par cette arme est donc très apprécié par la hiérarchie militaire. De plus, les écosystèmes touchés par le napalm sont détruits pour plusieurs années. On peut rapprocher cette technique de la politique de la terre brûlée. Utilisée au Viêt Nam, elle a affaibli le pays pour de longues années. Cet effet est très marquant dans les films des années 1970, comme Voyage au bout de l'enfer, Nous étions soldats et Apocalypse Now, d'où vient la citation célèbre "there's nothing like the smell of napalm in the morning", ou bien "il n'y a rien de tel que l'odeur du napalm au petit matin".
 
Une convention des Nations unies de 1980 l'interdit contre les populations civiles. Les États-Unis d'Amérique n'ont pas signé cette convention, mais ont affirmé avoir détruit leur arsenal en 2001.
Lors de l'invasion de l'Irak en 2003 les États-Unis utilisèrent des bombes incendiaires du type 77 notamment autour des ponts pour les nettoyer.
 
Une vidéo datant de la WW2 :
 
http://fr.youtube.com/watch?v=3OAqplM59n8
 
 
SOURCES :
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Napalm
 
http://www.monde-diplomatique.fr/2004/12/CUMINGS/11732
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/1965
 
http://www.scarpaz.com/Napalm/a10napalm.jpg
 
http://thecia.com.au/reviews/w/we-were-soldiers.shtml
 
 
Liens utiles :
 
http://www.cieldegloire.com/batailles_coree_bilan.php
 
http://www.bladi.net/forum/91176-bombes-phosphore-napalme/
 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Avr - 18:44 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ungern.Sternberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 10 Mai - 03:04 (2008)    Sujet du message: Une arme terrifiante : Le napalm Répondre en citant

stan_hudson a écrit:
La réaction chimique est modérée par une poudre de palmitate de sodium (d'où NaPalm) ou d'aluminium, formant une substance semblable à du savon.





Le nom est une contraction de Naphténate de sodium et Palmitate de sodium, les deux agents gelifiant.
Il me semble que le BF a reçut de la part des Corsair quelques larguages de NaPalm trop courts occasionnant de la casse et des pertes.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:09 (2016)    Sujet du message: Une arme terrifiante : Le napalm

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953. French Battalion in the Korean War Index du Forum -> LE BATAILLON FRANÇAIS DE L'ONU EN COREE. -> LE MATERIEL UTILISE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com